Faits divers – Justice

Pour la juge Véronique Léger, les policiers en colère se trompent de cible

Par Jean-Pierre Burlet, France Bleu Vaucluse mardi 25 octobre 2016 à 17:26

Le palais de justice de carpentras
Le palais de justice de carpentras © Maxppp - .

"Il en va du laxisme comme de la météo, il y a la réalité et la température ressentie". Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a rejeté le reproche de laxisme fait à la justice par les policiers, dont certains se sont rassemblés mardi devant les tribunaux à l'appel des syndicats.

Le ministre de la justice a indiqué que l'an dernier, 17.860 condamnations avaient été prononcées pour des infractions contre des personnes dépositaires de l'autorité publique. Les agressions qui emportent une interruption temporaire de travail de huit jours, dans 90% des cas ce sont des peines fermes qui sont prononcées, dans 60% des cas cela dépasse huit mois.

"Les magistrats sont comme les policiers, ils travaillent au service du bien public." - Jean-Jacques Urvoas, Garde des Sceaux

Véronique Léger juge à Carpentras

Secrétaire nationale de l'USM (l'Union Syndicale des Magistrats), Véronique Léger est juge à Carpentras. Elle travaille au quotidien avec des policiers et ceux-ci ne portent pas les même accusations que celles que relaye le mouvement de protestation "spontané".

Au début les policiers ont manifesté pour plus de moyens, aujourd'hui ils dénoncent le prétendu laxisme de la justice. Véronique Léger pense que la colère des policiers se trompe de cible :

Véronique Léger USM Carpentras

Partager sur :