Faits divers – Justice

Les policiers font la grève du zèle : les PV baissent en Meurthe-et-Moselle

Par Mathieu Barbier et Blandine Costentin, France Bleu Sud Lorraine mercredi 14 décembre 2016 à 5:00

Des PV en baisse ces dernières semaines sur la zone police de Meurthe-et-Moselle (illustration).
Des PV en baisse ces dernières semaines sur la zone police de Meurthe-et-Moselle (illustration). © Maxppp - Vincent Isore

Pour exprimer leur ras-le-bol du manque de considération et de moyens, les policiers ont décidé un peu partout en France d'assurer le service minimum dans la verbalisation des infractions. Résultat : une baisse du nombre de PV. France Bleu s'est procuré les chiffres pour la Meurthe-et-Moselle.

Au mois d'octobre, les policiers français organisaient des manifestations inédites, un peu partout en France, pour protester contre les risques qu'ils courent en service, le manque de considération dont ils feraient l'objet et le manque de moyens. Nouvelle forme d'action, les représentants de la force publique ont décidé ensuite de pratiquer le service minimum lorsqu'il s'agit de relever et de verbaliser les infractions en tout genre. Cette grève du zèle, qui touche au porte-monnaie de l'Etat, commence à se voir dans les statistiques.

Le nombre de procès-verbaux dressés est en baisse : "Les chiffres ont clairement diminué, sur tous les départements français, en particulier sur le 54 (la Meurthe-et-Moselle)", reconnaît le secrétaire départemental du syndicat Alliance Police, Emmanuel Pelletier. France Bleu Lorraine s'est procuré ces statistiques. A Nancy, sur les dix premiers mois de l'année, les PV pour excès de vitesse - hors radars - ont baissé de près de 50%, par rapport à la même période de 2015. 167 contraventions ont ainsi été comptabilisées.

Les contraventions sont plus réfléchies, les collègues plus indulgents" - Emmanuel Pelletier, secrétaire départemental du syndicat Alliance Police

Dans le district sud de police, qui regroupe Nancy, Toul, Lunéville ou encore Pont-à-Mousson, au mois de novembre 2015, le nombre d'infractions relevé pour des feux rouges grillés, le non-port de la ceinture de sécurité et les stop franchis a diminué de 15% à 43 %.

"Les contraventions sont plus réfléchies, les collègues plus indulgents", constate Emmanuel Pelletier, "au lieu de verbaliser, ils font plutôt la morale". Dans ce mouvement de protestation, comme dans les manifestations du mois d'octobre, les syndicats sont pourtant un peu hors-jeu, preuve de l'exaspération grandissante des personnels et de leur défiance pour leurs représentants. "On n'est pas forcément dépassé", tempère le syndicaliste, mais "il y a un ras-le-bol de la base".

Emmanuel Pelletier, secrétaire départemental Alliance Police en Meurthe-et-Moselle : "Les collègues sont plus indulgents"

La direction de la police n'a pas souhaité commenter ces chiffres.