Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les policiers rassemblés devant l'hôtel de police de Montpellier en soutien à leurs collègues agressés

-
Par , France Bleu Hérault
Montpellier, France

Une trentaine de policiers montpelliérains s’est rassemblée devant l'hôtel de police de Montpellier ce mardi 2 janvier à 15 heures. Ils voulaient exprimer leur solidarité envers leurs deux collègues agressés le soir de la Saint-Sylvestre à Champigny-sur-Marne.

Une trentaine de policiers s'est rassemblée devant l'hôtel de police de Montpellier.
Une trentaine de policiers s'est rassemblée devant l'hôtel de police de Montpellier. © Radio France - Marion Bargiacchi

Ils sont une trentaine de policiers rassemblés devant l'hôtel de police de Montpellier ce mardi 2 janvier à 15 heures. Un rassemblement deux jours après l'agression de deux de leurs collègues à Champigny-sur-Marne

Un "lynchage" le soir de la Saint-Sylvestre, filmé et diffusé sur les réseaux sociaux. "Ce n’est malheureusement pas la première fois qu’une agression contre des policiers est filmée et diffusée, explique David Leyraud, secrétaire régional adjoint Occitanie pour le syndicat Alliance Police Nationale, "Mais cette vidéo-là revêt un caractère particulièrement choquant, indigne et révoltant."

Les syndicats demandent le retour des peines planchers

Sur la vidéo, on peut voir une policière projetée au sol, encerclée par des dizaines de personnes qui lui assènent des coups de pied, au corps et au visage.

"Nos collègues gendarmes voient aussi les violences exploser, donc même en secteur périurbain. Aujourd’hui, l’ensemble des forces de sécurité, que ce soit les militaires ou les policiers mais aussi les personnels soignants aussi sont victimes de violences dans l’exercice de leur fonction, explique David Leyraud. C’est inacceptable, l’état de droit doit prévaloir en tous lieux et pour tout le monde. Cela passe pour nous par _le rétablissement des peines planchers_. La garantie, la certitude de prison ferme immédiate."

"Faute de réponse suffisante, pourquoi s’arrêter ? Je crois que ceux qui ont agressé ma jeune collègue à Paris sont rentrés chez eux et se délectent de regarder les images sur les réseaux sociaux." David Leyraud.

Les deux policiers victimes se sont vus prescrire sept et huit jours d'ITT.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess