Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les policiers toujours mobilisés à Strasbourg

mercredi 26 octobre 2016 à 14:30 Par Maud Czaja et Marie-Thérèse Koehler, France Bleu Alsace

Après dix jours de grogne, ils étaient environ 300 policiers à se rassembler ce mercredi midi devant l'hôtel de police de Strasbourg.

Environ 300 policiers rassemblés devant l'hôtel de police de Strasbourg
Environ 300 policiers rassemblés devant l'hôtel de police de Strasbourg © Radio France - Marie-Thérèse Koehler

Sans banderole ni slogan, environ 300 policiers ont défilé dans le calme de l'hôtel de police de Strasbourg jusqu'à la place Kléber ce mercredi midi. Ils dénoncent le climat anti-flic qui règne en France. Un mouvement hors syndical né après l'agression de collègues à Viry-Chatillon en région parisienne le samedi 8 octobre.

Des pompiers solidaires

Parmi les manifestants, il y avait une quarantaine de pompiers. "On est solidaire parce qu'on subit la même chose dans les zones prioritaires, des caillassages, des insultes. Aujourd'hui il faut montrer au gouvernement qu'on est solidaire les uns avec les autres. On n'a plus du tout la reconnaissance du gouvernement, la seule reconnaissance qu'on ait elle est à titre posthume et ça ni les policiers, ni les pompiers, ni nos familles n'en veulent", explique Cyril Grandpre, président départemental du syndicat autonome des sapeurs pompiers du Bas-Rhin.

"La seule reconnaissance est à titre posthume"

Dans la foule, il y avait aussi quelques citoyens. "Les charges de travail augmentent pour les policiers, et les moyens ne suffisent pas, pourtant on a besoin d'eux!", explique Philippe, ami d'un policier et qui a tenu à venir manifester sa solidarité avec le mouvement.