Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Les policiers vont craquer" selon un syndicat de police en Meurthe-et-Moselle

mercredi 18 juillet 2018 à 17:52 Par Nathalie Broutin et Mohand Chibani, France Bleu Sud Lorraine

Les policiers de Meurthe-et-Moselle sont-ils "prêts à craquer" car trop sollicités pendant la période estivale ? C'est ce que laisse entendre un syndicat de police. La direction réfute ces propos et évoque la mise en place d'une organisation du travail pour que chacun puisse prendre ses repos.

En Meurthe-et-Moselle, ils sont 1040 fonctionnaires
En Meurthe-et-Moselle, ils sont 1040 fonctionnaires © Radio France - Marie Rouarch

Nancy, France

"La police va craquer" assène Abdel Nahasse, le secrétaire départemental en Meurthe-et-Moselle du syndicat SGP Police.  Selon lui les 1.040 fonctionnaires de police du département dont 631 pour la circonscription de Nancy, sont épuisés, à bout de souffle car trop sollicités pendant cette période estivale.  Les professionnels ont en charge un bassin de population de près de 260 000 habitants. Le syndicat demande des moyens humains supplémentaires et attire ici l'attention des autorités. 

"Des policiers en manque de reconnaissance de la part de l'administration", selon le syndicat 

Abdel Nahasse prend un exemple : "Il y a 15 ans, les brigades de roulement étaient composées d'à peu près 50 policiers, actuellement ils sont une trentaine". Il déclare que ces "hommes sont  pressurés, on n'a de cesse de les rappeler, avec de plus en plus d'exigences, et sans compensation". Le représentant syndical fait remarquer que dernièrement des policiers sont descendus dans la rue, "hors syndicat", parce qu'"ils sont usés et surtout en manque de reconnaissance de la part de l'administration". 

La direction réfute et affirme être attentive à la récupération des personnels 

A la direction à l'hôtel de police de Nancy, Nicolas Jolibois, le directeur de la sécurité publique en Meurthe-et-Moselle réfute tous ces arguments du syndicat SGP Police. Il reconnait que ce début d'été a été chargé entre festivités du 14 juillet, la coupe du monde de football, les visites de Ministres, mais explique qu'une organisation a été mise en place pour que les fonctionnaires puissent prendre leur repos.  "Nous sommes attentifs pour permettre à nos personnels de récupérer" réagit Nicolas Jolibois qui précise que les personnels sont mobilisés à la demande de la population pas du directeur de la police. "Nous avons choisi un métier difficile, qui nous bouscule souvent dans notre vie quotidienne, notre vie familiale, mais on est attentif à ce que chacun récupère". Nicolas Jolibois précise que de nombreux fonctionnaires sont déjà partis en vacances, d'autres suivront pour que tous soient reposés à la rentrée.