Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les pompiers des Bouches-du-Rhône lancent une campagne contre les appels non-urgents

dimanche 8 avril 2018 à 18:03 Par David Aussillou, France Bleu Provence et France Bleu

Chaque jour, les sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône reçoivent près de 1.500 appels. Certains n'ont rien d'urgent et surchargent les services de secours. Le slogan de la dernière campagne des pompiers : "Priorité aux vraies urgences".

Les pompiers des Bouches-du-Rhône reçoivent près de 500 000 appels chaque année.
Les pompiers des Bouches-du-Rhône reçoivent près de 500 000 appels chaque année. © Radio France - David Aussillou

Marseille, France

Au centre des traitements des appels des pompiers des Bouches-du-Rhône, les sonneries du téléphone font entendre un ronronnement à la fois familier et régulier. Les appels sur le 18 et le 112 arrivent dans cette salle pour tout le département, à l'exception de la ville de Marseille où les marins-pompiers sont chargés des secours.  Souvent un opérateur prononce le traditionnel "les pompiers, j'écoute..." dans le vide. Un coup de fil vers le numéro 112 composé par erreur à cause du smartphone laissé dans la poche du pantalon. "Ça fait beaucoup de déchets au milieu de les appels de la journée, explique Jérôme Nicolas, superviseur des opérateurs. Et puis il y a les demandes de secours pour des bobos. Même pour un ongle retourné, on doit faire partir les pompiers". 

Une communication sur les réseaux sociaux

Au total, sur 1.500 appels quotidiens, les sapeurs pompiers des Bouches du Rhône n'interviennent que 400 fois. Le centre de traitement des appels doit donc prendre du temps pour gérer le reste. Pour un feu de végétation au bord d'une route, les secours reçoivent souvent une centaine de coups de fil. 

"L'autre jour, on a mis 3 heures pour sortir un chat coincé entre deux bâtiments à Miramas." Jérôme Nicolas, superviseur au Centre de Traitement des appels des sapeurs pompiers des Bouches-du-Rhône.

Voila pourquoi les pompiers lancent une nouvelle campagne de sensibilisation à destination des habitants du département, notamment sur les réseaux sociaux. Quatre affiches sont actuellement diffusées avec un slogan : "Priorité aux vraies urgences". Des photos montrent les secours en action sur un feu de forêt, ou lors d'un accident de la route. L'une des affiches rappelle aussi le sens latin du mot urgent (urgens) : "adjectif masculin qui ne souffre d'aucun retard"

Les collégiens sensibilisés

Le danger est de voir les pompiers tarder à secourir des personnes en danger alors qu'ils se déplacent pour un nid de guêpes ou un chat sur un arbre. "L'autre jour, on a mis trois heures pour sortir un chat coincé entre deux bâtiments à Miramas", explique Jérôme Nicolas. Les pompiers des Bouches-du-Rhône espèrent donc faire changer les mentalités de certains habitants. "Cela prendra du temps" reconnait un officier qui rappelle que depuis les attentats, les 25.000 élèves de quatrième du département sont formés aux gestes qui sauvent. L'occasion aussi de faire passer le message. 

Les pompiers des Bouches-du-Rhône communiquent sur les réseaux sociaux sur les "vraies urgences". - Aucun(e)
Les pompiers des Bouches-du-Rhône communiquent sur les réseaux sociaux sur les "vraies urgences". - Pompiers des Bouches-du-Rhône