Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les prêts immobiliers étaient obtenus grâce à de faux documents : les responsables du trafic condamnés à Bordeaux

lundi 27 novembre 2017 à 17:27 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde et France Bleu

Trois hommes ont été condamnés à des peines de prison avec sursis ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Ils monnayaient des faux documents pour permettre à leurs "clients" d'obtenir des prêts immobiliers.

Le palais de justice de Bordeaux.
Le palais de justice de Bordeaux. © Radio France

Deux ans de prison avec sursis pour les trois responsables d'un trafic de faux papiers, le jugement a été rendu ce lundi après-midi par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Des faux bulletins de salaires ou faux relevés bancaires avaient permis à leurs clients de souscrire des emprunts immobiliers. Six de ces acheteurs qui ne pouvaient pas prétendre légalement à un emprunt ont été condamnés entre 4 et 6 mois avec sursis.

Les acheteurs honorent parfaitement leur crédit

Cette escroquerie n' a pas fait de réelle victime dans la mesure où les banques prêteuses sont scrupuleusement remboursées par les emprunteurs. Cette réalité a pesé lourd dans ce jugement plutôt clément.

Arnaud Dupin est l'avocat d'un courtier, intermédiaire entre les faussaires et les emprunteurs, qui a écopé de 2 ans avec sursis. Il est satisfait de ce jugement qui "a écarté les demandes exorbitantes des banques qui ne sont pas des victimes. Les personnes ne pouvaient pas prétendre aux prêts immobiliers et, paradoxalement, elles honorent aujourd'hui leur crédit. Et les banques ne se sont rendues compte de rien pendant plusieurs années alors que leur vigilance devraient être accrue. Cela parait difficile de se plaindre ensuite et d'invoquer un préjudice".