Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Grosse opération de recherche d'explosifs dans une prison normande après des menaces d'un détenu radicalisé

jeudi 28 juillet 2016 à 17:30 Par Nolwenn Le Jeune, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Maine et France Bleu

Une importante fouille a eu lieu le 21 juillet dans la prison centrale de Condé sur Sarthe dans l'Orne. D'après FO pénitentiaire, c'est de l'explosif qui était recherché, après des menaces proférées par un détenu radicalisé. Rien n'a été trouvé. Mais le syndicat s'inquiète et demande plus de moyens.

La maison centrale d'Alençon Condé qui accueille des détenus particulièrement difficiles.
La maison centrale d'Alençon Condé qui accueille des détenus particulièrement difficiles. © Radio France - -

Alençon, France

Les surveillants de prison sont inquiets. Alors que la maison centrale d'Alençon Condé dans l'Orne, a fait l'objet d'une très importante fouille le 21 juillet dernier, ils ont peur d'être devenus les nouvelles cibles des terroristes. FO pénitentiaire dénonce la fin des fouilles systématiques et demande plus de moyens de contrôle et de contrainte en détention.

Le détenu avait menacé de se faire exploser, en faisant le maximum de victimes chez les surveillants.

Ce sont des menaces proférées par un détenu radicalisé, celles de se faire exploser dans la prison en faisant le maximum de victimes chez les surveillants, qui ont déclenché la réaction immédiate de l'administration pénitentiaire. Et donné lieu à une fouille très importante de la prison de Condé Sur Sarthe, près d'Alençon, le 21 juillet dernier. On ne l'apprend que ce jeudi, 2 jours après l'assassinat du Père Jacques Hamel à Saint Etienne du Rouvray près de Rouen. C'est FO pénitentiaire qui révèle l'information. Une équipe cynophile de Paris, l'Équipe régionale d'intervention et de sécurité de Rennes, la direction du centre pénitentiaire ont méticuleusement fouillé plusieurs cellules. A priori rien n'a été trouvé. Alors le syndicat se félicite qu'une telle fouille ait eu lieu, et que le détenu ait été transféré vers un autre établissement. Mais cela révèle la porosité des prisons, et la possibilité certaine d'y introduire des explosifs. "Et comme il n'y a plus de fouilles systématiques, après les parloirs, beaucoup de choses rentrent, comme des couteaux en céramique, pourquoi pas des explosifs ?", s'interroge Joseph Rousseau, secrétaire interrégional adjoint de FO pénitentiaire en Normandie.

Nous avons peur d'être devenus la nouvelle cible des terroristes.

On le sait à l'extérieur, les policiers sont particulièrement menacés. En témoigne l'assassinat du couple de policiers à Magnanville dans les Yvelines. Dans le cadre de l'état d'urgence, des moyens renforcés sont déployés pour assurer leur sécurité. Mais rien n'a changé en détention déplore FO pénitentiaire. "Alors que nous aussi, nous sommes en uniforme, et nous sommes confrontés à des détenus radicalisés, aucun moyen supplémentaire n'a été alloué dans le cadre du régime d'exception", déplore Joseph Rousseau. "Or nous sommes nous aussi des cibles." FO demande donc le renforcement des moyens de contrôle et de contrainte des détenus. Notamment les plus radicalisés.

Joseph Rousseau, adjoint du responsable de FO pénitentiaire en Normandie