Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Les élections européennes 2019

Qui sont les trois Montargois sur la liste aux européennes des "gilets jaunes" ?

-
Par , France Bleu Orléans

Trois Montargois du "rond-point cacahuète" sont sur la liste du "Ralliement d’initiative citoyenne" qui sera déposée d’ici quelques semaines en vue des élections européennes le 26 mai.

Capture d'écran RMC Découverte
Capture d'écran RMC Découverte - RMC Découverte

Montargis, France

Les "gilets jaunes" du Loiret seront très représentés aux élections européennes. Une liste du "Ralliement d’initiative citoyenne" sera déposée d’ici quelques semaines pour les élections prévues le 26 mai prochain. Une liste composée de dix noms, en vue de rassembler au bout du processus, 79 candidats. Une liste menée par la très médiatique Ingrid Levavasseur. 

Parmi ces dix noms il y aura également trois Montargois. Côme Dunis, 29 ans est deuxième de la liste, Ayouba Sow, sixième et Myriam Clément.  Ils se sont rencontrés tous les trois sur le "rond point cacahuète" à Amilly près de Montargis. Ces "gilets jaunes" ont des profils différents mais également un passé politique. 

Côme Dunis, ancien militant Les Républicains

Le plus connu est Côme Dunis. Cet ancien commercial dans les maison individuelles est actuellement sans emploi. Il habite Montargis depuis toujours et depuis quelques mois il enchaîne les interventions dans les médias pour porter la parole des "gilets jaunes". Il dit n'appartenir à aucun parti mais cela n'a pas toujours été le cas selon le député Les Républicains du Loiret Jean Pierre Door.

"Il a fait partie de notre mouvement. Il était adhérent à l'époque des Républicains et lors des élections législatives il m'a aidé à tracter et à coller les affiches." Jean Pierre Door

Capture d'écran Facebook - Aucun(e)
Capture d'écran Facebook - Capture d'écran Facebook

Ayouba Sow, figure du monde associatif de Montargis

Jean Pierre Door connait également bien un autre membre de cette liste. Ayouba Sow, 41 ans, cariste d'origine sénégalaise qui habite Montargis depuis longtemps. Il est une figure du monde associatif de Montargis avec son association, Caridad du gatinais, qui vient en aide aux personnes qui vivent dans les quartiers les plus défavorisés de Montargis. Ce père de quatre enfants a également participé à des réunions durant la campagne de la législative partielle du candidat LR l'an dernier. 

Myriam Clément, désignée candidate par son mari

La moins connue c'est Myriam Clément, 41 ans, comptable dans une entreprise d'agroalimentaire et mère de 3 enfants à Château-Renard. C'est son mari qui l'a poussée à s'inscrire sur la liste. Jérémy Clément est sur le "rond-point cacahuète" depuis le début "jour et nuit" précise-t-il. Sa femme, elle, n'y est allée que quelques fois. Mais ce chef d'une entreprise dans le bâtiment ne voulait pas se lancer dans les européennes. Il a donc "demandé à sa femme de le faire"

"Ils ont profité de la médiatisation de Montargis" Benoît Digeon, le maire de Montargis

Cette grande représentation de Montargis dans les premiers noms de la liste du "Ralliement d’initiative citoyenne" pour les élections européennes fait également l'objet de certaines critiques. Pour Benoît Digeon, le maire de Montargis, c'est le résultat de la présence massive des médias sur le "rond-point cacahuète". 

"On est tout près de Paris. En 5 minutes, BFM était sur place. Ils ont profité de la médiatisation de Montargis", explique le maire. Pour lui, cette liste "n'est pas sérieuse (...) elle ne passera le printemps" estime-t-il.