Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Projet d’Ikea à Béner

Les promoteurs du projet Ikea-Leclerc font appel de la décision du tribunal du Mans

-
Par , France Bleu Maine

Ils avaient été déboutés de leur assignation en justice des opposants au projet de zone commerciale à Béner, le 5 novembre. Les promoteurs ont fait appel de cette décision du tribunal du Mans, le 18 décembre, auprès de la Cour d'appel d'Angers.

La zone commerciale de Béner devrait tenir sur 35 hectares.
La zone commerciale de Béner devrait tenir sur 35 hectares. © Radio France - Alexandre Chassignon

Le Mans, France

Les promoteurs du projet Ikea-Leclerc font appel de la décision du tribunal de Mans datant du 5 novembre. La société Bénermans et le groupe Frey avaient assigné les opposants à leur projet de zone commerciale en justice. Ils réclamaient 12 millions d'euros de dédommagement pour compenser les retards qu'ils attribuent aux multiples recours des opposants, notamment de l'association "Les riverains et les amis de Béner".

LIRE AUSSI - Douche froide pour les opposants au projet de zone commerciale Ikea-Leclerc, au Mans

Les opposant surpris par l'appel des promoteurs

Le président de cette association, Jean-Claude Querville, se dit "étonné", car "tous les arguments qu'ils avaient mis en avant ont été rejeté par le tribunal de grande instance". Les promoteurs ont même été condamnés à verser 30.000 euros aux opposants pour les frais de justice liés à cette assignation. "Nous allons devoir reconstituer un dossier, faire des mémoires en défense, répondre aux demandes du promoteur", explique Jean-Claude Querville. Les opposants vont se remettre en contact avec leur avocat, Thomas Dubreuil, pour ce nouveau procès.

Forte de sa première victoire du 5 novembre, l'association ne veut pas croire à une condamnation en appel. "Le but c'était de nous intimider", souligne le président. Il n'imagine pas devoir payer "la somme exorbitante" de 12 millions d'euros aux promoteurs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu