Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Les propriétaires de l'ancienne discothèque de Noailles en Corrèze, incendiée volontairement, condamnés

-
Par , France Bleu Limousin

Les deux anciens propriétaires de la boîte de nuit le Guet apens à Noailles près de Brive, détruite par un incendie volontaire en janvier 2009 ont été condamnés ce jeudi par le tribunal de Brive pour escroquerie à l'assurance. 18 mois de prisons avec sursis pour le père et pour le fils.

L'audience avait eu lieu le 14 mai au tribunal de Brive
L'audience avait eu lieu le 14 mai au tribunal de Brive © Radio France - Nicolas Blanzat

L'affaire remonte à 2009. La discothèque de Noailles, le Guet apens, brûlait. C'est donc 11 ans après les faits qu'avait eu lieu l'audience le 14 mai et que le tribunal de Brive a pu enfin rendre un jugement. Les deux anciens propriétaires, un père et son fils, ont été reconnus ce jeudi coupables d'escroquerie à l'assurance. Ils sont condamnés chacun à 18 mois de prison avec sursis. Les faits d'incendie volontaire sont prescrits. Un troisième prévenu est condamné dans cette affaire. Il s'agit de l'ouvrier qui avait allumé l'incendie à la demande des propriétaires. Il écope de 6 mois de prison avec sursis.

600 000 euros à rembourser

Cette affaire n'est cependant pas terminée. Car d'une part les propriétaires ont annoncé qu'ils faisaient appel du jugement. Et qu'il y a d'autre part la question du remboursement des 600 000 euros touchés par les prévenus au titre des assurances. Pour l'instant seul l'ouvrier est condamné à les payer en attendant le procès en intérêts civils des propriétaires. Enfin reste le sort du dessinateur Rumebe qui avait dénoncé les faits dans un dessin humoristique en 2013 relançant alors l'enquête sur l'incendie. Les propriétaires ont porté plainte contre lui pour diffamation. Il attend toujours le procès. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu