Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les quatre braqueurs du Conflent condamnés à des peines de 10 à 18 ans de prison

jeudi 11 avril 2019 à 16:06 Par François David, France Bleu Roussillon

La cour d’assises des Pyrénées-Orientales a lourdement condamné ce jeudi les quatre hommes accusés d’une série de braquages ultra-violents dans le secteur de Prades à l’automne 2016.

 De nombreuses armes ont été saisies lors de l'arrestation du gang de braqueurs
De nombreuses armes ont été saisies lors de l'arrestation du gang de braqueurs © Radio France - François DAVID

Perpignan, France

Jugés pour huit crimes depuis une semaine devant la cour d’assises des Pyrénées-Orientales, les quatre jeunes braqueurs qui ont semé la terreur en 2016 dans l’arrière-pays catalan sont condamnés ce jeudi à des peines de 10 à 18 ans de réclusion criminelle, au-delà des réquisitions de l’avocat général. 

Cagoulés et armés de couteaux, fusils et revolvers, ils pénétraient chez des particuliers en pleine nuit dans des villages de l'arrière-pays (Espira-de-Conflent, Marquixanes, Saint-Jean-de-Barrou, Eus et Ria-Sirach). Surprenant les habitants dans leur sommeil, ils n'hésitaient pas à faire preuve de la plus grande violence pour s’emparer des bijoux, de l’argent, des clés de voiture ou des codes de carte bleue.

La violence avait atteint son apogée le 24 octobre 2016 dans le village d’Eus. Vers 4 heures du matin, ils avaient surgi dans la chambre à coucher d’un couple de retraités. La femme avait été  emmenée de force dans une autre pièce, déshabillée et violée par l’un des braqueurs, pendant que ses complices s’emparaient des bijoux et de l’argent. Cette folie criminelle avait pris fin deux jours plus tard, lors d’un coup de filet mobilisant 90 gendarmes épaulés par le GIGN. 

La peine la plus lourde (18 ans) revient à Jonas Leperk, l’auteur du viol. Il était également le seul à être en état de récidive.