Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les rats sont de retour à la prison de Sequedin

samedi 9 juin 2018 à 17:23 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord

Le syndicat joue sur les mots : il en a "rats le bol". A la prison de Sequedin, près de Lille, l'UFAP UNSA Justice dénonce la présence de rats, de plus en plus nombreux. Il y a deux ans, le phénomène avait été traité, car l'administration avait été condamnée par la justice.

En octobre 2016, un détenu de la maison d'arrêt de Sequedin nous transmettait des photos des rats dans la prison
En octobre 2016, un détenu de la maison d'arrêt de Sequedin nous transmettait des photos des rats dans la prison © Radio France -

Sequedin, France

Les rats sont de retour à la prison de Sequedin, près de Lille. Il y a deux ans, la justice, saisie par un détenu, avait condamné l'administration pénitentiaire à dératiser d'urgence l'établissement, ce qui avait été fait. Mais aujourd'hui c'est le syndicat de surveillants UFAP UNSA Justice qui donne l'alerte : à plusieurs reprises, des gardiens se sont retrouvés face à des rats.

Malaise chez les surveillants

L'odeur a même incommodé plusieurs surveillants, contraints de quitter leur poste. Benoît Normand, représentant du syndicat, raconte : "il y a une quinzaine de jours (le 4 juin 2018), un surveillant s'est retrouvé avec deux rats à ses pieds dans un poste de la maison d'arrêt. Le trou a été bouché, du poison a été mis. Rien de surprenant ensuite à ce qu'il y a ait une odeur de rat mort. Lundi, un collègue a fait un malaise et a été pris de vomissements. On ne peut pas travailler dans ces conditions. C'est inacceptable, dans un établissement aussi récent que le nôtre, qui a treize ans !

Benoît Normand, délégué UFAP UNSA Justice

Le syndicat demande que des mesures soient prises d'urgence, et attend une réponse de sa direction. "J'espère que ça n'ira pas plus loin que ce malaise", s'inquiète Benoît Normand, "je ne voudrais pas qu'un de mes collègues se retrouve avec des maladies dont les rats sont porteurs".

Benoît Normand, délégué UFAP UNSA Justice