Faits divers – Justice

Les reclus de Monflanquin ne récupéreront pas leur château

Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu vendredi 18 septembre 2015 à 7:49

Le château de Martel, à Monflanquiin, en Lot-et-Garonne
Le château de Martel, à Monflanquiin, en Lot-et-Garonne © Max PPP

La décision du tribunal d'Agen est tombée ce jeudi : la justice a reconnu que la famille De Védrines était bien sous l'emprise d'un gourou lors de la vente de son château familial en 2008. Elle a condamné le notaire qui s'est occupé de cette vente à 200.000 euros de dommages et intérêts.

Nouvel épisode judiciaire dans l'affaire des reclus de Monflanquin : la famille De Védrines, une riche famille d'artistocrates bordelais,  ne peut pas récupérer son château familial, le château de Martel,  dans le Lot et Garonne. La décision  du tribunal de grande instance d'Agen est tombée jeudi après-midi,  après l'audience qui s'était déroulée en juillet dernier.

Les juges ont prononcé la nullité de l'acte de vente de cette demeure, cédée en 2008 alors que la famille était sous l'emprise du gourou Thierry Tilly. Ils ont reconnu que les De Vedrines étaient bien en état de soumission mentale au moment de cette cession, et que cette vente n'était donc pas valide. Le notaire qui a procédé à cette vente a d’ailleurs été condamné à verser 200.000 euros de dommages et intérêts aux De Védrines, et 490.000 à la SCI qu'ils avaient créés pour gérer la maison.

Mais pour autant, la demeure ne leur sera pas restituée. Car le château a été revendu dès 2009, et cette transaction a, elle, été effectuée légalement et en toute bonne foi par l'actuelle propriétaire, qui peut donc continuer à en jouir, estime la justice.

Une partie de a famille de Vedrines, lors du procès de Thierry Tilly à Bordeaux  - Radio France
Une partie de a famille de Vedrines, lors du procès de Thierry Tilly à Bordeaux © Radio France - Pierre-Marie Gros

L'avocat de la famille se montre malgré tout satisfait de cette décision.

Le tribunal a reconnu ce que je disais depuis le départ, et en a donc tiré les conclusions sur le plan civil , en disant que cette vente était nulle. Même si mes clients ne récupèrent pas leur bien, c'est une victoire juridique 

— Maître Daniel Picotin, l'avocat des De Védrines

"Le tribunal a reconnu l'emprise mentale" Maître Daniel Picotin

Thierry Tilly a été condamné en juin 2013 à dix ans de prison par la Cour d'appel de Bordeaux, qui a notamment reconnu l'abus de faiblesse commis par ce "gourou" sur les membres de la famille De Védrines. Escroc hors-norme et génie de la manipulation, il avait placé sous sa coupe trois générations de cette famille, allant jusqu'à les séquestrer et à leur infliger des tortures physiques et psychologiques pour les dépouiller de tous leurs biens. Un préjudice total évalué, entre 2000 et 2009, à quelque 4,5 millions d'euros.