Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les regroupements en "casinos" continuent à la prison de Saint Martin de Ré

vendredi 22 septembre 2017 à 5:00 Par Antoine Miailhes, France Bleu La Rochelle et France Bleu

Ces lieux où les détenus pouvaient se retrouver sans être surveillés ont été détruits en janvier 2017. Depuis un gymnase flambant neuf et un préau ont été construits dans une cour de la caserne, mais les prisonniers ont quand même trouver le moyen de continuer à se regrouper.

Les surveillants pénitentiaire de Saint Martin de Ré se retrouvent encore confrontés au problème des regroupements dissimulés des détenus.
Les surveillants pénitentiaire de Saint Martin de Ré se retrouvent encore confrontés au problème des regroupements dissimulés des détenus. © Maxppp - Maxppp

Saint-Martin-de-Ré, France

Olivier Falorni a fait de la destruction des "casinos" de la prison de l'Île de Ré, l'une de ses priorités. En janvier 2017, lors des travaux de rénovation de la cour de la caserne, il a obtenu ce qu'il souhaitait. Mais jeudi 21 septembre, lorsqu'il il s'est rendu à l'improviste à la maison centrale, il a fait l'amer constat que le problème n'était pas encore réglé.

Des draps à la place des murs

C'est sous le préau récemment aménagé, juste à côté du nouveau gymnase, que ça coince pour le député de Charente Maritime. "Des draps ont été installés par les détenus pour occulter tout ce qu'ils pouvaient faire. Sur les caméras, on peine à voir ce qu'il se passe. Il n'est pas admissible que les surveillants pénitentiaires ne puissent pas savoir ce qu'il se passe dans une prison de la République".

Ils reproduisent leurs conditions de détention. Sylvie Manaud, directrice de la maison centrale de Saint Martin de Ré

Problème, ces rassemblements entre détenus sont difficilement évitables pour la directrice de l'établissement Sylvie Manaud. "Si on demande aux surveillants d'aller retirer ces draps, c'est tous les jours qu'il va falloir le faire. Si ça doit se faire il ne faut pas qu'il y ait une confrontation trop importante entre les détenus et les surveillants. L'équilibre est donc difficile à trouver. Les détenus reproduisent sous ce préau leurs conditions de détention et on ne peut pas le leur interdire".

D'autres travaux de rénovations auront lieu en octobre, dans une autre cour de la caserne. Un deuxième préau doit être construit, mais la direction va réfléchir à l'aménager différemment.