Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les voisins de la prison des Baumettes n'en peuvent plus des cris des détenues

-
Par , France Bleu Provence

Depuis l'ouverture de l'aile pour les femmes à la prison marseillaise des Baumettes en mai 2017, les riverains craquent. Les détenues crient toute la journée et jusqu'à tard la nuit. Alors les habitants posent du double vitrage et surélèvent leurs murs, pour ne plus être dérangés.

La nouvelle aile de la prison est vraiment de l'autre côté de la rue.
La nouvelle aile de la prison est vraiment de l'autre côté de la rue. © Radio France - Louise Thomann

Marseille, France

Roger n'ouvre jamais ses fenêtres. Même au plus chaud de l'été. Les détenus font trop de bruit, déplore le vieil homme, qui habite en face des Baumettes depuis 45 ans. _"J'ai fait poser la clim dans toutes les pièces de ma maison, j'en ai eu pour 3.000 euros._Mais malgré mon double vitrage, mes volets en aluminium, et le son de ma télé, je les entends."

"J'étendais mon linge et elles m'ont dit : 'Elles sont propres tes culottes ? Tu veux pas laver les nôtres ?' "

Même constat pour Éliane, du collectif des "Voisins des Baumettes". Avant l'ouverture de l'aile pour les femmes, ça allait. Mais depuis deux ans, c'est insupportable. Quatre étages de la prison donnent sur son jardin. "Elles me voient et elle me parlent. Quand j'étends le linge, elles me font des réflexions sur le linge, la plus célèbre étant 'Elles sont propres tes culottes ? Tu veux pas laver les nôtres ?' ". Les sons se répercutent sur la colline, et les voisins de la prison entendent toutes les discussions entre les détenues.

Les femmes sont doublement isolées

Pour l'association Genepi, qui milite pour le décloisonnement des prisons et pour ouvrir les personnes incarcérées vers le monde extérieur, ces cris ne sont pas étonnants. Vivre en prison, ça finit par taper sur la tête. "D'autant que les femmes sont doublement isolées : elles ont moins d'espace pour elles dans les établissements et elles sont vraiment abandonnées par leurs familles. Elles ont bien moins de parloirs." Ce qui pourrait expliquer, selon Claire Lamorte, déléguée régionale, qu'elles crient autant. 

Un dispositif anti-bruit doit être posé aux fenêtres de la prison d'ici juillet, pour un coût de 1,5 million d'euros.