Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les Sables d’Olonne : deux femmes interpellées dans une affaire de proxénétisme aggravé

-
Par , France Bleu Loire Océan

Deux femmes d’une quarantaine d’années viennent d’être interpellées aux Sables d’Olonne, dans le cadre d’une enquête pour proxénétisme aggravé menée par la Police aux Frontières de Nantes. Elles sont soupçonnées d’avoir fait travailler des prostituées chinoises dans un faux salon de massage.

5.300 euros euros ont été découverts lors de la perquisition
5.300 euros euros ont été découverts lors de la perquisition - Police Nationale

Un salon de massage servant de couverture pour la prostitution de femmes d’origine chinoise, aux Sables d’Olonne : c’est ce que les enquêteurs de la Police aux Frontières de Nantes, spécialisés dans les filières de traites d'êtres humains, viennent de démanteler, avec les policiers des Sables d’Olonne. Deux femmes ont été placées en garde à vue ce mardi 24 novembre. Elles sont soupçonnées d’avoir été les gérantes de cet établissement. Elles ont été remises en liberté le lendemain, et seront convoquées devant le tribunal. 

L’enquête commence le 27 octobre, au cours d’une opération de contrôle menée dans le salon de massage, proche du "chemin de ceinture", c’est-à-dire la rocade sud de la ville. Un client indique qu’il vient d’acheter une prestation sexuelle en lieu et place d’un massage. Les policiers découvrent une somme de 5.300 euros en liquide, cachée dans un congélateur. Aucune table de massage n’est présente sur les lieux, mais deux lits sont installés, et les fenêtres de l’établissement sont occultées. Les deux employées présentes sur place, des Chinoises, sont auditionnées. Elles expliquent travailler pour une gérante et pour un Nantais, propriétaire des lieux.  Malgré les constatations des policiers, elles nient toute prestation sexuelle tarifée.  

Placé en garde à vue,  le propriétaire nie avoir été informé de l’activité réelle de son salon. Il dit en avoir confié la gestion à une Chinoise rencontrée à Paris. Celle-ci, et une autre femme sont ensuite interpellées. Elles devront donc s'expliquer devant la justice.  Le propriétaire du salon, lui, a été mis hors de cause.

D’après les enquêteurs, les prestations tarifées étaient proposées sur un large créneau horaire. Les gains étaient de l’ordre de 8.000 euros par mois, pour un salon ouvert en avril 2019.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess