Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les salariés d'Airbus refusent de pointer en bleu de travail

lundi 15 février 2016 à 18:37 Par Géraldine Houdayer, France Bleu Loire Océan

Les salariés d'Airbus Nantes vont à nouveau débrayer ce mardi 16 février. Dans le collimateur des syndicats, l'accord qui prévoit que les salariés se changent avant et après avoir pointé, contre une compensation financière. Jusqu'ici, ils se changeaient pendant leur temps de travail.

A Nantes, Airbus fabrique notamment les tronçons centraux de  ses avions
A Nantes, Airbus fabrique notamment les tronçons centraux de ses avions - Sylvain Bonniol - Airbus

Après une première série de débrayages la semaine dernière sur les sites de Nantes et Saint-Nazaire, les salariés nantais d'Airbus vont à nouveau quitter leur poste de travail pour deux heures, ce mardi 16 février. Les salariés, qui fabriquent notamment les tronçons centraux des avions d'Airbus, se mobilisent contre un accord qui les obligerait à "pointer en bleu" : dès le mois prochain, ils devraient enfiler leur bleu de travail avant de badger à la pointeuse et de commencer leur journée de travail. A la fin de leur journée, ils devraient aussi se changer et se doucher après avoir badgé. Ce qui signifie que désormais, ils devront arriver un peu plus tôt et partir un peu plus tard du site.

_"C'est une augmentation du temps de travail " _Pascal Busson, secrétaire CGT chez Airbus Nantes

Le syndicat CGT est vent debout contre la mesure : "C'est une augmentation du temps de présence dans l'entreprise, et donc, par là même, du temps de travail", explique Pascal Busson, le secrétaire général de la CGT chez Airbus Nantes. 

Pascal Busson, secrétaire CGT chez Airbus Nantes

"La direction a calculé que cela représentait 20 minutes de plus par jour, poursuit le représentant syndical. _C'est déjà trop court, si on compte la douche. _Pour les salariés qui travaillent dans les ateliers d'assemblage ou au contact de produits toxiques, c'est impensable de prendre une douche chez soi. Ils seront obligés de rester plus longtemps dans l'usine. C'est une dégradation de leurs conditions de travail."\ 

La CGT refuse la compensation financière

La direction propose une compensation financière : 54€ par mois pour un salaire de 2.000 €. Mais pour Pascal Busson, c'est en-dessous du taux horaire des salariés. _"Les salariés ne veulent pas de cette prime. On les a consulté. Sur 950 réponses,plus de 800 personnes se sont déclarées contre ce pointage en bleu". _Le site de Saint-Nazaire appellera à un débrayage le 22 février, le jour du Comité hygiène et sécurité durant lequel l'accord doit être examiné. La direction souhaite le faire appliquer dans le courant du mois de mars. La semaine dernière, sur le site de Nantes, environ 500 salariés, sur les 2000 que compte le site, ont débrayé.