Faits divers – Justice

Les sangliers retournent la pelouse du golf Blue Green de Savenay

Par Maureen Suignard, France Bleu Loire Océan mercredi 2 novembre 2016 à 7:00

Depuis un mois, les sangliers s'invitent sur la pelouse du golf
Depuis un mois, les sangliers s'invitent sur la pelouse du golf © Radio France - Maureen Suignard

Depuis un mois, des sangliers s'invitent la nuit sur le cours du golf Blue Green de Savenay. Ils retournent la pelouse pour se nourrir de châtaignes et de vers de terre. Un régal pour eux, un cauchemar pour les jardiniers.

Ils sont devenus le cauchemar du Golf Blue Green de Savenay. Depuis un mois, des sangliers s'introduisent la nuit dans le club. Les bêtes se servent alors de leurs groins pour retourner la pelouse, à la recherche de vers de terre et de châtaignes, dont ils sont particulièrement friands.

Depuis un mois, la pelouse est régulièrement retournée par les sangliers.  - Radio France
Depuis un mois, la pelouse est régulièrement retournée par les sangliers. © Radio France - Maureen Suignard

La nuit, Vincent conduit son transporteur, les phares allumés pour repousser les sangliers. Mais cela ne suffit pas. A l'aube, il ne peut que constater les dégâts. 14 des 27 trous du golf sont désormais abîmés.

Vincent, l’intentant du cours, découvre de nouveaux dégâts tous les matins.

Chaque jour, les jardiniers du club s'activent pour réparer la pelouse. Un travail considérable puisqu'ils remettent à la main chaque partie de pelouse décrochée. "Cela va nous prendre au moins une semaine pour tout réparer. Et cela, seulement si les sangliers ne reviennent pas encore saccager la pelouse. Ce n'est pas cela notre travail au départ", souffle Vincent.

Vincent, un des jardiniers du club, répare à la main la pelouse. - Radio France
Vincent, un des jardiniers du club, répare à la main la pelouse. © Radio France - Maureen Suignard

Malgré ces dégradations, le golf reste ouvert et les clients sont compréhensifs. "On pense surtout aux jardiniers. Ils font un travail monstre pour que nous continuions à jouer. La pelouse et le cadre du cours restent magnifique", insiste Marc qui vient depuis plusieurs années.

La mairie et le département doivent nous aider et clôturer le bord de la 4 voies pour que nous puissions mener des battues sans mettre en danger les automobilistes.

Lors de ses rondes, Vincent découvre des bouts de grillages abîmés par les sangliers pendant la nuit. Il souhaiterait que les bêtes soient définitivement chassées. Mais cela est impossible pour le moment, puisque la journée, les sangliers se cachent tout près de la quatre voies qui n'est pas clôturée. Les chasseurs ne peuvent pas intervenir, ce serait bien trop dangereux pour les automobilistes.

Aujourd'hui, Alain Viaud, le président de la chasse de la commune de Savenay, va rencontrer le maire de la ville. "La mairie et le département doivent nous aider et clôturer le bord de la quatre voies. Nous pourrons mener des battues sans mettre en danger les automobilistes."