Faits divers – Justice

Les secours sur le qui-vive pour la nuit du Nouvel An à Dijon

Par Esteban Pinel, France Bleu Bourgogne samedi 31 décembre 2016 à 23:42

108 caméras surveillent la ville de Dijon. Quatre agents se relaient toute la nuit pour visionner les images.
108 caméras surveillent la ville de Dijon. Quatre agents se relaient toute la nuit pour visionner les images. © Radio France - Esteban Pinel

Plusieurs centaines de personnels de secours et d'intervention sont mobilisés pour la nuit du Nouvel An, à Dijon. Une forte présence pour gérer une soirée traditionnellement plus agitée, qui plus est dans un contexte particulier lié au risque terroriste.

Dijon est sous bonne garde pour le Nouvel An. 200 gendarmes, 90 policier ou encore 25 pompiers sont sur le pont pour cette nuit particulière. Des militaires de l'opération Sentinelle renforcent cette année les effectifs, avec des patrouilles prêtes à intervenir en quelques minutes.

"Dijon, c'est une ville assez calme mais ça ne rend pas notre travail plus facile pour autant. Nous devons rester vigilant", assure le lieutenant Alexis Pelerin, présent dans les rues dijonnaises. "Les gens s'habituent à nous. Certains nous remercient. Ils sont compréhensifs", poursuit le jeune militaire.

Les policiers du centre de supervision urbain les verront patrouiller. 108 caméras veillent sur Dijon. Quatre agents se relaient toute la nuit.

Notre rôle, c'est d'abord de repérer des objets, des véhicules ou des attitudes suspects. Ensuite, on prévient la police nationale, qui intervient si nécessaire. Mais contrairement à ce qu'on peut penser, c'est une nuit assez calme en général." Un agent du centre de supervision.

Chez les pompiers, c'est plus agité en revanche. "Vers 2 h du matin, on a nos premier fêtards un peu trop alcoolisés, raconte le caporal chef Alexandre Calafato. Mais ils sont amusants la plupart du temps. Ils nous chantent des chansons." Les secouristes sont souvent appelés pour de la "bobologie" ou des malaises liés à l'alcoolémie. Mais, au lever du jour, les accidents sont parfois plus graves, notamment sur la route...

Le lieutenant caporal Alexandre Calafato (à droite), avec ses compagnons d'équipage la nuit du Nouvel An. - Radio France
Le lieutenant caporal Alexandre Calafato (à droite), avec ses compagnons d'équipage la nuit du Nouvel An. © Radio France - Esteban Pinel

L'occasion pour la préfète de Côte-d'Or, Christiane Barret, de rappeler :

Entre le brouillard, le verglas, et la fête, il faut redoubler de prudence. Je salue le travail des services d'urgence. grâce à eux, la population est rassurée et peut profiter de la fête, à condition d'être responsable."

Dans bon nombre de services, 2017 sera quand même célébré. Gyrophares allumés et alarme hurlante chez les pompiers par exemple. Et, bien sûr, les traditionnels messages avec les proches, restés à la maison. "Ma femme passe la soirée avec notre fille de neuf mois, sourit Alexandre Calafato. On va s'envoyer quelques messages, avec des photos de ma fille qui porte un casque de pompier."

Des petits souvenirs d'un réveillon au service des autres.