Climat – Environnement

Les sinistrés de Molières-sur-Cèze trouvent le temps long, trop long

Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère mardi 20 octobre 2015 à 19:20

Plus d'un mois et demi après beaucoup reste à faire
Plus d'un mois et demi après beaucoup reste à faire © Radio France - Ludovic Labastrou

Alors que l'arrêté de catastrophe naturelle avait été promis pour la mi-octobre, la commune de Molières-sur Cèze, dans le nord Gard, ne voit toujours rien venir. Elle avait été pourtant la plus sinistrée du département lors des intempéries des 13 et 14 septembre.

La colère monte dans la population de ce petit village de 1500 âmes. Tous s'estiment être à moins bonne enseigne que les Alpes-Maritimes qui ont vu la récente catastrophe traitée avec beaucoup plus de célérité par l’état. A Molières-sur-Cèze, la seule boulangerie de l'ancienne cité minière est par exemple toujours fermée.

Sandrine Sugier entre abattement et désespoir - Radio France
Sandrine Sugier entre abattement et désespoir © Radio France - Ludovic Labastrou

Une décision attendue ce mercredi

La commission nationale de catastrophe naturelle du ministère de l'Intérieur doit classer ce mercredi en catastrophe naturelle la vingtaine de communes du Gard victimes d’inondation et de coulées de boue dans la nuit du 13 au 14 septembre. 

Mais à Molières-sur-Cèze, on trouve que la décision a bien tardé à tomber.

Le reportage à Molières de Ludovic Labastrou

Un an, quasiment jour pour jour, après un épisode cévenol en 2014, la commune de Molières-sur-Cèze a subi une seconde rasade dans la nuit du 13 au 14 septembre. Bilan : 1,30 mètre d'eau dans les rues et de 30 à 80 centimètres de boue.

Georges Adryanczyk-Perrier, maire de Molières-sur-Cèze - Radio France
Georges Adryanczyk-Perrier, maire de Molières-sur-Cèze © Radio France - Ludovic Labastrou

 L'ancienne cité minière n'a pas l'impression d'avoir été traitée avec la même célérité qu'ailleurs.

Georges Adryanczyk-Perrier

Après l'établissement, ce mercredi, de la liste de la vingtaine de communes gardoises victimes des inondations de la mi-septembre, l'arrêté de catastrophe naturelle devrait être signé la semaine prochaine en conseil des ministres. Tous le souhaitent à Molières-sur-Cèze.