Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Rouen, les squatteurs d'un ancien Ehpad ont deux mois pour évacuer les lieux

mercredi 8 août 2018 à 17:08 Par Louis-Valentin Lopez, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Les cent-soixante occupants d'un bâtiment désaffecté rue du Hameau des Brouettes doivent partir, selon la décision prise par le tribunal d'instance ce mercredi. Ils disposent d'un délai légal de deux mois.

Les occupants du Hameau des Brouettes ont deux mois pour évacuer les lieux
Les occupants du Hameau des Brouettes ont deux mois pour évacuer les lieux © Radio France - Louis-Valentin Lopez

Rouen, France

Les cent-soixante squatteurs d'un ancien Ehpad à Rouen, rue du Hameau des Brouettes, ont deux mois pour évacuer les lieux. Après ce délai, et à défaut d'un départ spontané, ils seront expulsés par la force, selon la décision rendue ce mercredi par le tribunal d'instance. 

La demande d'expulsion immédiate par la ville de Rouen a été rejetée. Le tribunal a estimé que l'existence de dégradations commises par les occupants des lieux n'était pas suffisamment caractérisée. L'expulsion a tout de même été prononcée, notamment "en raison d'une proposition de relogement de la commune de l'intégralité des occupants"

On va profiter du temps qui nous reste" Ibrahim, demandeur d'asile guinéen

A la résidence du Hameau des Brouettes, tous les occupants sont au courant de l'ultimatum, comme Ibrahim, demandeur d'asile : "deux mois ce n'est pas suffisant, surtout que c'est bientôt l'hiver", note le Guinéen. "Mais pour l'instant on est quand même là. On se contente de ce qu'on nous a donné, et on va profiter au maximum du temps qui nous reste."

Parmi les cent-soixante squatteurs du bâtiment se trouvent notamment des familles, des femmes et des mineurs.