Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les squatteurs de la maison de Roland quittent les lieux sans violence, "la fin d'un cauchemar" selon sa fille

-
Par , France Bleu Occitanie

Surprise ce jeudi en fin de journée, la vingtaine de squatteurs qui occupaient la maison de l'octogénaire Roland depuis plus de six mois avenue de Fronton à Toulouse a quitté les lieux.

La bande de voisins et d'amis qui expliquent avoir fait fuir les squatteurs sans violence, devant la maison de Roland avenue de Fronton à Toulouse.
La bande de voisins et d'amis qui expliquent avoir fait fuir les squatteurs sans violence, devant la maison de Roland avenue de Fronton à Toulouse. © Radio France - Pascale Danyel

Dans le calme et sans l'usage de la force.  Il est aux environs de 18h ce jeudi quand la vingtaine de squatteurs qui occupait la maison de l'octogénaire Roland avenue de Fronton à Toulouse depuis plus de six mois a quitté les lieux. Après plusieurs jours de tensions, les soutiens du propriétaire affirment s'être posés en négociateurs. 

On a fait un siège, maintenant Roland peut rentrer chez lui.

Bilal fait partie de ce groupe de jeunes qui ne connaissent pas Roland mais qui se disent touchés par sa mésaventure. Il témoigne : "J'ai participé aux négociations avec mes amis et mes voisins et on a fait en sorte qu'ils quittent la maison sans violence, et maintenant Roland peut rentrer chez lui. Je ne connais pas Roland. On est chez nous, on paye nos loyers, ces gens-là ne peuvent pas sortir en paix, c'est normal qu'ils quittent les lieux, ils ont peur de nous croiser aux centres commerciaux, à la pharmacie, au tabac, ils ont plus de vie. Vous voulez qu'il restent là sans sortir de chez eux ? C'est pas possible, on a fait un siège."  

Jordan fait partie du groupe des négociateurs. Il se dit touché par ce qui arrive à Roland : "Il a une histoire, ce monsieur. Il a 88 ans, il a envie de rejoindre sa femme en EHPAD, c'est normal. Je viens de Colomiers pour lui donner mon soutien. La loi est avec les squatteurs, il n'y avait que nous qui pouvions l'aider, ça a marché et sans violence."  

Émotion et soulagement pour la fille de Roland

La fille de Roland, est venue dans la soirée sur place devant la maison vidée de ses occupants indésirables. Diane (prénom d'emprunt) a les larmes aux yeux. Très émue elle remercie les soutiens de son père :

Je suis soulagée et bouleversée par tant de solidarité. C'est admirable, inespéré, la fin d'un cauchemar.

Policiers et soutiens de Roland avenue de Fronton une poignée d'heures après le départ des squatteurs. La maison de Roland est à droite dans le renfoncement.
Policiers et soutiens de Roland avenue de Fronton une poignée d'heures après le départ des squatteurs. La maison de Roland est à droite dans le renfoncement. © Radio France - Pascale Danyel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess