Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les surveillants de la maison d'arrêt de Chambéry manifestent leur colère

mardi 5 décembre 2017 à 12:07 Par Anabelle Gallotti, France Bleu Pays de Savoie

Depuis 06h30 ce matin, une trentaine de surveillants de prison bloquent l’accès à la maison d’arrêt, à l’appel du syndicat Force Ouvrière. Ils dénoncent la surpopulation carcérale au sein du quartier principal.

Le blocage de la maison d'arrêt de Chambéry par les surveillants
Le blocage de la maison d'arrêt de Chambéry par les surveillants - Thierry Guidon

Chambéry, France

Des palettes brûlent depuis tôt ce mardi matin devant l’établissement. Les surveillants veulent marquer le coup. Cela fait déjà plusieurs jours qu'ils dénoncent une surpopulation carcérale à 200 % : des détenus qui sont entassés à trois par cellules. Et cela a des conséquences importantes sur leurs conditions de travail. Toute la journée ces surveillants vont maintenir la pression sur l'administration pénitentiaire. Ils bloquent l’entrée des avocat mais pas celle des familles des détenus, pour ne pas empêcher la tenue des parloirs l’après-midi.

"Il faudrait d’emblée qu'une vingtaine de détenus soit transférée dans d’autres établissements pour désengorger cette maison d’arrêt" Thierry Guidon du syndicat FO.

"Il faut pouvoir respirer" explique le syndicaliste "pour souffler, pour tout le monde. Des détenus pourraient être transférer sur Aiton". Les surveillants demandent également que des aménagements de peine soient plus souvent mis en œuvre par les magistrats, ou encore développer l’utilisation du bracelet électronique.

 Les surveillants n'ont pas le droit de faire grève, ce sont donc ceux qui sont en repos qui manifestent - Aucun(e)
Les surveillants n'ont pas le droit de faire grève, ce sont donc ceux qui sont en repos qui manifestent - Thierry Guidon