Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Les surveillants de prison encore mobilisés à Mont de Marsan

mardi 12 mars 2019 à 8:37 Par Éric Ballanger, France Bleu Gascogne

Ce mardi matin, les surveillants de prison sont encore réunis devant le centre pénitentiaire de Mont de Marsan.

Les surveillants rassemblés devant le centre pénitentiaire de Mont de Marsan
Les surveillants rassemblés devant le centre pénitentiaire de Mont de Marsan © Radio France - valérie mosnier

Mont-de-Marsan, France

Ils sont rassemblés depuis 6h30 ce mardi matin.  Encore ce même décor : des feux de palettes et de pneus devant la porte principale et toujours pour bloquer les entrées et les sorties du centre pénitentiaire. 

Selon les surveillants rassemblés, "il y a urgence après l'agression de deux de leurs collègues la semaine dernière dans l'Orne à Condé sur Sarthe". 

L'agression d'un surveillant à Mont de Marsan il y a deux semaines

Amélie raconte cette agression d'un surveillant à Mont de Marsan, il y a deux semaines. "En ouverture le matin, un détenu très dangereux s'est acharné sur mon collègue.  Avec le manque d'effectif, on fait comme on peut malheureusement.  Moi, personnellement, je suis toujours sur le qui vive. A chaque cellule, je me dis qu'il peut arriver quelque chose.  Je me sens seule, je ne me sens pas soutenue... voilà le problème !"

Les surveillants de prison préviennent qu'ils seront encore là demain mercredi et jeudi jusqu'à la rencontre entre les syndicats et la ministre de la justice Nicole Beloubet.