Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les surveillants remplacent les policiers et gendarmes pour escorter les détenus au tribunal

lundi 2 mai 2016 à 16:39 - Mis à jour le lundi 2 mai 2016 à 16:45 Par Julien Jean, France Bleu Maine

Les policiers et les gendarmes sarthois peuvent désormais se concentrer sur d'autres missions. Depuis ce lundi, ce n'est plus eux mais le personnel pénitentiaire qui escorte les détenus de la prison de Coulaines au palais de justice.

NCY, PRISON, GENERIQUE, JUSTICE
NCY, PRISON, GENERIQUE, JUSTICE © Maxppp - Alexandre MARCHI, /NCY

Le Mans, France

Depuis ce lundi, les policiers et les gendarmes n'ont plus à escorter les détenus du cente de détention de Coulaines au Palais de justice du Mans. Ces extractions judiciaires doivent désormais être assurées par le personnel pénitentiaire et plus précisément les 14 surveillants du tout nouveau Prej : le pôle de rattachement des extractions judiciaires, située rue Lenoir au Mans.

C'est valorisant pour les agents

En 2010, le gouvernement a décidé de transférer cette mission du ministère de l'intérieur à celui de la justice. Un transfert déjà effectif en Normandie, en Alsace ou encore dans le Nord Pas de Calais. Progressivement toutes les régions, voire tous les départements seront dotés de Pôle de rattachement des extractions judiciaires, comme celui qui a ouvert ce lundi matin au Mans. L'objectif est que d'ici 2019 les escortes de détenus soient systématiquement prises en chage par les surveillants partout en France. A terme, 1 200 postes seront affectés à cette mission. Une évolution saluée par Vincent Le Dimeet, délégué FO ouvrière à la maison d'arrêt des Croisettes : "Nous sommes formés à la gestion des détenus et je pense que les agents sont prêts pour cette mission valorisante. C'est une reconnaissance de nos compétences".

En Sarthe, c'est donc désormais le cas avec cette équipe de 14 surveillants, en charge des extractions judiciaires sur Coulaines mais aussi Laval et Angers. "Une bonne nouvelle" disent les syndicats de police car cela permet au commissariat du Mans de récupérer une patrouille. En effet, jusqu'à maintenant au moins 3 policiers étaient mobilisés quotidiennement pour ces escortes au détriment d'autres missions de sécurité.

Des effectifs insuffisants ?

"Mais ça ne règlera pas tout" nuance un policier manceau. "Les effectifs du Prej du Mans sont insuffisants. A Caen par exemple, ils sont deux fois plus nombreux. Alors je vois mal comment les surveillants du Mans vont pouvoir prendre en charge tous les transferts de détenus". D'ailleurs, pour les comparutions immédiates, les escortes des personnes placées en détention provisoire resteront confiées à la police et la gendarmerie.