Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Inquiétude des syndicats à la prison de Maubeuge où deux terroristes présumés sont sortis de l'isolement

jeudi 11 janvier 2018 à 9:00 - Mis à jour le jeudi 11 janvier 2018 à 12:06 Par Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord et France Bleu

Après plusieurs mois à l'isolement à la prison de Maubeuge, deux terroristes présumés ont été transférés en détention classique au milieu des détenus de droit commun. Les syndicats craignent une contagion de la radicalisation.

La prison de Maubeuge
La prison de Maubeuge © Maxppp - Sami Belloumi; la voix du nord

Maubeuge, France

Depuis un an et demi, un Belge était incarcéré à la prison de Maubeuge dans le quartier de l'isolement. Il est soupçonné d'avoir aidé Salah Abdeslam à se cacher en Belgique après les attentats de Paris. L'autre homme, un Français, complice présumé d'Amédy Coulibaly - le tueur de l'Hyper Casher - était à l'isolement depuis six mois.

A l'isolement, il n'y a pas d'activités communes et deux surveillants pour six détenus alors qu'en détention classique c'est deux surveillants pour 120 détenus, et des activités communes.

Christophe Muzzolin délégué FO craint une contagion de la radicalisation

Une contagion de la radicalisation ?

Les deux hommes n'ont pas posé de problèmes particuliers en détention explique Christophe Muzzolin, délégué FO, mais avec leurs profils, il craint une contagion de la radicalisation auprès des détenus les plus fragiles, et un effet boule de neige avec la dizaine d'autres détenus suivis pour radicalisme qui pourrait poser des problèmes pour la sécurité de l'établissement. 

Il pense notamment à l'attaque terroriste menée en 2016 dans une prison du Val d'Oise et à l'attentat déjoué à la prison de Fresnes cet automne organisé par des détenus.

On n'a pas les moyens humains et matériels de les surveiller, nous demandons des établissements dédiés pour les terroristes présumés et les détenus radicalisés"

De son côté, la direction de l'administration pénitentiaire se veut rassurante : les deux hommes en question n'ont pas de codétenus dans leur cellule. Ils rencontrent les autres uniquement dans la cour de promenade, un moment pendant lequel ils restent sous surveillance.