Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les taxis de Metz victimes de la grève SNCF

mardi 17 avril 2018 à 20:49 Par Clément Conte, France Bleu Lorraine Nord

La grève perlée à la SNCF continue ce mercredi et ce jeudi. C'est la quatrième phase de ce mouvement particulièrement contraignant pour les taxis de Metz, qui voient leur nombre de courses baisser les jours de mobilisation.

La situation est délicate pour les taxis messins les jours de grève à la SNCF
La situation est délicate pour les taxis messins les jours de grève à la SNCF © Maxppp - Julio Pelaez

Metz, France

Un hall quasiment désert, des trains qui n'arrivent pas et des tableaux d'affichage vides. La gare de Metz n'attire pas les foules les jours de grève à la SNCF. La nouvelle phase de mobilisation qui commence ce mercredi, pour deux jours, s'annonce comme les autres pour les usagers. Elle est aussi particulièrement mal vécu par les chauffeurs de taxi. 

Moins de trains, c'est aussi moins de clients

Les quais de la station de taxis, à la sortie de la gare, sont vides eux aussi. Un manque à gagner pour les conducteurs : "On perd au moins 5 ou 6 courses sur le trafic qui vient de Paris", confie Pascal. Ces trains en provenance de la capitale sont des mines d'or pour les taxis, principalement celui qui arrive à Metz à 9h05, supprimé ce mercredi matin. 

"On récupère les Parisiens à cette heure-là pour les amener à leur travail. Dans l'après-midi, on passe les chercher pour les déposer à la gare. C'est une organisation de travail particulière. Quand il n'y a pas de trains, on est pénalisé ", déplore Christian Nicolas, président du syndicat des taxis de Moselle. 

Je fais plus d'heures les jours de grève - Stéphane, chauffeur de taxi à Metz

Pour éviter de perdre trop d'argent, les chauffeurs de taxis ont trouvé des solutions, comme Stéphane : "Je fais plus d'heures les jours de grève, je travaille plus tard". Et puis, les conducteurs comptent aussi sur la chance : "J'ai un client qui se rend sur Paris tous les lundis et à cause de la grève, il a dû prendre le taxi pour y aller, il n'avait pas d'autres solutions", révèle Gary. 

On est encore loin du bilan définitif des pertes pour les taxis pendant ces grèves, mais Christian Nicolas se risque à un pronostic : " On aura beaucoup demal à rattraper le chiffre d'affaire raté pour les entreprises de taxis les jours de grève. On verra cela dans quelques mois."