Faits divers – Justice

Les tireurs de la vieille ville de Sarlat condamnés

Par François Sauvestre, France Bleu Périgord mardi 14 avril 2015 à 22:30

Tribunal de grande instance de Bergerac.
Tribunal de grande instance de Bergerac. © Radio France - Sophie Constanzer

Dimanche, au petit matin ils n'avaient pas fait de blessé mais avaient fortement inquiété les riverains de la Traverse de Sarlat. Deux hommes de 28 et 30 ans ont été condamnés mardi par le tribunal correctionnel de Bergerac à des peines de quinze et dix mois de prison avec des sursis de neuf et huit mois pour avoir tiré à l'arme de guerre en pleine rue.

Après trois jours de garde à vue à la gendarmerie de Sarlat , deux jeunes hommes de 28 et 30 ans ont été présentés ce mardi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Bergerac. Ils écopent de six et huit mois de prison ferme pour détention et utilisation d'un revolver de catgéorie A. C'est à dire une arme de guerre.

À LIRE AUSSI Ivres, ils tirent à l'arme de guerre dans le centre-ville de Sarlat 

Propriétaire de l'arme et tireur

Dimanche matin, il est 5 h 30 dans les rues du centre ville-médiéval de Sarlat. Les riverains sont surpris par deux premiers coups de feu puis deux autres qui suivent .

Pas de blessé mais une vitrine brisée et après plusieurs heures les auteurs présumés sont retrouvés, six personnes sont interpellées. Les deux sarladais jugés ce mardi sont le propriétaire de l'arme et le second tireur.

Le revolver du grand-père

Les auteurs des coups de feu n'ont pas pu expliquer leur geste autrement que par l'alcool. C'est après une soirée arrosée qu'ils ont traversé le centre ville de Sarlat et tiré "pour voir si l'arme fonctionnait" . Une arme de guerre qui appartenait au grand-père d'un des prévenus, un ex-militaire décédé en 2010.

Les deux peines sont assorties de neuf et huit mois de sursis et de deux ans de mise à l'épreuve avec une obligation de soins et de recherche d'un travail. Les deux amis sarladais n'en sont pas à leur première condamnation, loin de là. Leurs casiers judiciaires comptent déjà une quinzaine de lignes , notamment des faits de violences ou de dégradations.

Trib Pap B 8