Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Les tribunaux corréziens manquent cruellement de personnel

mercredi 30 janvier 2019 à 19:10 Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin

Les tribunaux de Brive et de Tulle ont fait leur rentrée solennelle hier. Un moment traditionnel qui permet surtout de faire le point sur leur activité respective durant l'année écoulée. Et d'évoquer les difficultés. Dans les deux tribunaux c'est notamment le manque de personnel.

Le tribunal de Tulle a connu une forte hausse de son activité en 2018 malgré un manque de magistrats très important
Le tribunal de Tulle a connu une forte hausse de son activité en 2018 malgré un manque de magistrats très important © Radio France - Philippe Graziani

Corrèze, France

Il a été évoqué par la plupart des intervenants à Tulle comme à Brive lors des audiences solennelles de rentrée ce mercredi. La justice corrézienne a un manque criant de personnel. C'est à Tulle que ce déficit humain se fait le plus sentir. Si le tribunal a enfin obtenu les renforts de greffiers qu'il attendait, avec l'arrivée de 6 nouveaux agents en 2018, le nombre de postes vacants de magistrats lui pose de gros problèmes. Il manque près de trois postes à temps plein sur un effectif de 9 postes et demi, soit 30 % de vacance. Du jamais vu précise la procureur Agnès Aubouin qui assure que le TGI tulliste "ne pourrait pas fonctionner" en ce moment sans des renforts réguliers envoyés de Limoges par la cour d'appel. 

Un seul greffier au Conseil de prud'hommes

A Brive l'absence de magistrat est moindre, d'autant que l'un des deux postes vacants depuis plusieurs années a enfin été pourvu. L'effectif est désormais de 10 sur les 11 théoriques. Mais à l'inverse de Tulle c'est le nombre de greffiers qui est dramatiquement trop bas. Il en manque 8 sur les 35 que le tribunal devrait avoir. C'est même 6 sur 25 si l'on prend le seul Tribunal de Grande Instance. Un manque de personnel crucial dans la marche de la justice qui a des conséquences notamment sur les délais des jugements. Au prud'hommes par exemple cela explique sans doute en partie selon son président l'augmentation de ce délai en 2018, 16 mois. Il n'y a qu'une seule greffière pour deux postes.

Forte hausse à Tulle

Malgré ce manque de personnel l'activité des deux tribunaux est restée très soutenue en 2018. Elle est même en forte hausse à Tulle avec  4611 affaires enregistrées en 2018 contre 4432 en 2017. Le fruit du travail des enquêteurs selon Agnès Aubouin qui précise que celui-ci va se poursuivre en 2019. Notamment "on va continuer à lutter contre l'insécurité routière" qui représente 30 % des dossiers. A Brive en revanche l'activité pénale est en baisse sensible en 2018 par rapport à 2017, moins 4% avec 7879 affaires nouvelles. Mais avec "un taux de réponse pénale excellent" fait remarquer le procureur Yann Le Bris. Il est de 97,7 %. Autant dire que les auteurs de délits à Brive lorsqu'ils sont identifiés n'échappent guère à la justice.