Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les trois hommes impliqués dans l'accident de manège de François Rivière condamnés à de la prison avec sursis

vendredi 9 mars 2018 à 15:39 Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Roussillon

Le tribunal correctionnel de Narbonne a rendu son délibéré, vendredi 9 mars, concernant l'accident de manège qui avait touché François Rivière, le président de l'USAP, en 2015. Les trois prévenus ont été condamnés à de la prison avec sursis.

Le président de l'Usap, François Rivière, le 16 avril 2016.
Le président de l'Usap, François Rivière, le 16 avril 2016. © Radio France - Cyrille Manière

Narbonne, France

Le tribunal correctionnel de Narbonne a rendu son jugement, vendredi 9 mars, dans le dossier de l'accident de manège de François Rivière. Le président de l'USAP, le club de rugby de Perpignan, avait été éjecté d'une attraction des Féeries de Noël à Narbonne en décembre 2015. Le dirigeant avait subi des traumatismes crânien et thoracique et été plongé dans le coma pendant trois semaines

Les trois prévenus ont été condamnés à de la prison avec sursis. François Rivière évoque "une satisfaction" après cette décision. 

30.000 euros de dommages et intérêts

Le propriétaire du manège a été condamné à huit mois de prison avec sursis et 8.000 euros d'amende pour blessures involontaires. Son fils, qui avait tenté d'intervenir sur l'attraction avant le passage de l'expert, écope lui d'une peine de deux mois avec sursis. Quant à l'homme SDF qui entretenait le manège au moment des faits, il est condamné à quatre mois de prison avec sursis

François Rivière touchera par ailleurs 30.000 euros de dommages et intérêts. Les deux filles aînées de François Rivière toucheront 8.000 euros. 

"Un petit caillou blanc sur le chemin de la reconstruction."

François Rivière juge que cette décision est "une satisfaction". "Le tribunal est allé au-delà, voire largement au-delà des réquisitions du procureur, ce qui prouve bien qu'il a jugé qu'il y avait une responsabilité pénale grave du propriétaire du manège et de ses préposés." Il repense avec amertume à l'audience qui s'est déroulée début février au tribunal correctionnel de Narbonne. "Les explications un peu confuses qu'ont donné les propriétaires du manège le jour de l'audience sont incroyables. Ils expliquaient quasiment que c'était la faute à pas de chance."

Cette décision de justice lui permet d'avancer après la terrible épreuve qu'il a subie. "C'est un petit caillou blanc sur le chemin de la reconstruction", estime t-il. Elle ne lui permet cependant pas de tourner la page : "C'est dans mon corps et ma tête. Quand on a eu les fractures du crâne et les hémorragies que j'ai eu, on le vit malheureusement jusqu'à la fin de ses jours." Il espère pourtant que le jugement servira d'exemple. "Il faut que cet accident soit utile et qu'on comprenne bien qu'il y a parfois des erreurs, des non-concentrations, qui sont faites sur des sécurités simples et peuvent mettre gravement en danger la vie des personnes. Il faut que, de ce point de vue-là, ce jugement soit utile."