Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Pyrénées : les trois skieurs portés disparus depuis mercredi à Cauterets retrouvés morts

jeudi 15 février 2018 à 12:20 - Mis à jour le jeudi 15 février 2018 à 18:39 Par Axelle Labbé et Stéphanie Mora, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Pays Basque, France Bleu Poitou, France Bleu Occitanie et France Bleu

Les corps des trois skieurs portés disparus depuis mercredi soir sur la station de Cauterets, dans les Hautes-Pyrénées, ont été retrouvés en fin de matinée ce jeudi. Il s'agit de deux hommes de 38 ans et un de 29 ans, originaires de Bordeaux et Poitiers.

Pyrénées : les trois skieurs portés disparus depuis mercredi à Cauterets retrouvés morts  (image d'illustration)
Pyrénées : les trois skieurs portés disparus depuis mercredi à Cauterets retrouvés morts (image d'illustration) © Maxppp -

Cauterets, France

Les recherches sont terminées à la station de Cauterets, annonce la préfecture des Hautes-Pyrénées ce jeudi midi.  Les corps des trois skieurs portés disparus depuis mercredi soir ont été retrouvés. Il s'agit de deux hommes de 38 ans et un de 29 ans, originaires de Bordeaux et Poitiers.

"C’est une avalanche, hier, sur une zone hors piste du domaine skiable qui est à l’origine de l’accident" explique la préfecture dans un communiqué.

Les recherches qui ont démarré mercredi en fin d’après-midi se sont poursuivies ce matin et ont mobilisé un hélicoptère, trois maîtres-chiens et 15 CRS et gendarmes.

Julien Passeron, le capitaine des recherches.

En fin de matinée, sur le bas de la coulée, on a eu un premier signal. On a réussi à l'évacuer rapidement. Il fallait faire vite, plusieurs coulées d'avalanches sont parties pendant qu'on était sur la zone. Vu qu'on a retrouvé deux autres personnes, détectées par les chiens, confirmé par le système "Recco" et par leurs téléphones portables, on a pris un petit risque supplémentaire pour les extraire de suite, sachant qu'ils étaient quand même sous deux mètres de neige. Ça demande un bon effort et du temps surtout pour les sortir" Julien Passeron - Capitaine des recherches

Un poste de commandement a été activé avec les forces de l’ordre et services de secours, dirigé par la sous-préfète d’Argelès-Gazost..

Les familles des trois hommes se sont rendues sur place dans la matinée

Une cellule d’urgence médico-psychologique a été activée pour les soutenir. Un centre d’accueil des familles est organisé à la station.

Les intempéries favorisent les coulées de neige - Radio France
Les intempéries favorisent les coulées de neige © Radio France - Maud Calvès

Après un nuit d'attente, d'interminable attente, on a retrouvé les trois corps. La station est plus qu'émue, atterée, elle est vraiment anéantie par cet événement. Tout le monde ne parle que de ça. On a du mal ce matin pour se réveiller et retrouver le Cauterets que l'on connaît. c'est plus compliqué. Même si on savait que ce serait difficile, même survivant, même accidenté, la nuit aurait été longue mais on gardait espoir." Le maire de Cauterets, Michel Aubry

Michel Aubry, maire de Cauterets

Le secteur dans lequel les recherches étaient menées - Aucun(e)
Le secteur dans lequel les recherches étaient menées - n'py

Quatre morts en trois jours, une situation exceptionnelle

Après le décès d'un skieur de 19 ans à Gavarnie mardi, le massif a été particulièrement meurtrier dans les Hautes-Pyrénées ces derniers jours. Cela s'explique par un redoux et un la pluie qui a fragilisé le manteau neigeux mais pour le capitaine de la CRS 29 Julien Passeron un tel bilan c'est du jamais vu.

"C'est exceptionnel, ça fait 20 ans que je fais du secours en montagne sur ce département je n'ai pas souvenir d'événements si rapprochés et similaires. Il y a eu quatre décès par an sur les dix dernières années donc le risque existe. Les précautions sont surtout à prendre par rapport au ski hors-piste ou de randonnée. Il faut connaître le risque avalanche et savoir l'évaluer. Et à côté de ça, quel que soit le risque, il faut sortir toujours équipé d'un détecteur de victime d'avalanche (DVA), d'une pelle, d'une sonde et il faut savoir s'en servir" - Julien Passeron.