Faits divers – Justice

Les truffes ne seront pas de la fête en Corrèze

Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin lundi 12 décembre 2016 à 16:12

La truffe noire, tuber melanosporum, a besoin d'eau. La sécheresse de cet été a grandement affecté le début de la saison.
La truffe noire, tuber melanosporum, a besoin d'eau. La sécheresse de cet été a grandement affecté le début de la saison. © Maxppp - Denis Sollier

Les premières truffes arrivent sur les étals notamment en Corrèze. Mais il faut faire vite si on en veux une surtout pour en agrémenter son repas de fête. Car il y en a très peu. Et elles sont chères.

Le premier marché de Brive le week-end dernier a donné le ton. Il n'y avait que quatre producteurs présents. Et il fallait débourser 850 euros du kilo pour s'offrir l'une de leurs Tuber Melanosporum. La saison commence mal donc. La faute à la sécheresse. "C'est la troisième année" rappelle, dépité, Bernard Reynal, le président des trufficulteurs de la Corrèze. La troisième année de sécheresse en été qui compromet la poussée des précieux champignons.

Un parfum sublime

Mais seuls certains secteurs ont vraiment souffert et connaissent cette pénurie. "Il suffit qu'il y ait eu un orage ou comme à Yssandon, qu'on ait la chance d'avoir un sous-sol qui contienne des nappes d'eau pour qu'on ait une production normale" explique Hervé Covès, le spécialiste de la truffe à la chambre d'agriculture de la Corrèze. De fait à Yssandon, Jean-Pierre Vaujour indique que ses truffières produisent comme chaque année. Et en plus "au niveau du parfum on est au top", assure-t-il. Ce que confirme Hervé Covès. Elles sont rares mais elles ont "un parfum sublime".

Une pleine saison fin février

Et il ne faut pas s'inquiéter, disent en chœur les professionnels. "On ne prédit une mauvaise saison que quand elle est terminée" rappelle en souriant Hervé Covès. Et la pleine saison de la truffe c'est après les fêtes de fin d'année. Cette année ce sera même peut-être longtemps après estime Bernard Reynal. "Les truffettes qui n'ont pas eu la bonne pluie notamment en août ne sont pas mortes. Leur croissance a été retardée mais elles vont arriver plus tard" souligne le président des trufficulteurs. Qui parie donc sur une saison très tardive "Tardive ça veut dire fin février, voire début mars". Tant pis pour les fêtes !