Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les victimes d’agression mieux prises en charge à l’hôpital de Châteauroux

lundi 28 mai 2018 à 4:34 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Le Centre Hospitalier, en lien avec les autorités judiciaires, la police et la gendarmerie, vient d’inaugurer une nouvelle unité permettant de renforcer la prise en charge des victimes d’agression.

L'hôpital de Châteauroux a rénové les anciens locaux à hauteur de 9000 euros.
L'hôpital de Châteauroux a rénové les anciens locaux à hauteur de 9000 euros. © Radio France - Jonathan Landais

Châteauroux, France

C'est un lieu qui accueille tous les enfants victimes d'abus sexuels ou de maltraitance, tous les adultes victimes d’agression ou de violences conjugales. Le Centre Hospitalier de Châteauroux vient de se doter d'une toute nouvelle Unité d'Accueil Médico Judiciaire (UAMJ). Les victimes y bénéficient d’un accompagnement plus poussé, allant des auditions avec les policiers, jusqu’à une prise en charge médicale et psychologique.

Un cadre plus accueillant et plus sécurisant

Un coin jeux est visible dans la salle d'attente. - Radio France
Un coin jeux est visible dans la salle d'attente. © Radio France - Jonathan Landais

Dans la salle d'attente, un coin avec des jeux a été installé et il y a désormais une immense cloison pour séparer la pièce où ont lieu les auditions, du reste de la salle. Il fallait renforcer la confidentialité, comme l’explique Loïse Lamy, juriste à l'Association départementale d'aide aux victimes. "Quand vous accompagnez les parents qui vont amener leur petite fille ou leur petit garçon victimes d’une atteinte sexuelle ou d’une agression sexuelle, ils sont déjà très inquiets et ils ont peur, c’est vrai que ce cloisonnement permet aux parents de ne pas tout entendre, à commencer peut-être par les horreurs déclarées à l’instant T".

Des auditions filmées pour éviter les répétitions

Le dispositif vidéo est installé devant une vitre teintée donnant sur la salle des auditions. - Radio France
Le dispositif vidéo est installé devant une vitre teintée donnant sur la salle des auditions. © Radio France - Jonathan Landais

Les auditions sont entièrement filmées, le matériel d'enregistrement vidéo vient d'ailleurs d'être changé. "Tout est enregistré, ce qui permet d’éviter aux victimes d’avoir à se répéter, on limite les redites, les répétitions, pour éviter de faire replonger les victimes dans la souffrance", explique le Lieutenant Colonel Philippe Lagrue de la gendarmerie de l’Indre. Grace aux travaux réalisés, les enquêteurs peuvent maintenant observer l'audition derrière une vitre teintée, pour analyser aussi les gestes des victimes et leur signification.

La salle des auditions est équipée d'une caméra. - Radio France
La salle des auditions est équipée d'une caméra. © Radio France - Jonathan Landais

Ce dispositif vidéo est baptisé "Mélanie", du nom d'une enfant victime de violences sexuelles par le passé, en France, et qui avait vécu les auditions sans vidéo comme un traumatisme du fait de ces répétitions, détaille Sylvain Bicail, vice-président de l'ADAVIM 36, l’association départementale d’aide aux victimes.

"Mélanie n'avait pas supporté de répéter ce qui s'était passé"

Un lieu unique pour limiter les déplacements

Désormais, les victimes sont prises en charge dans un lieu unique, regroupant différents professionnels (enquêteurs, experts, médecins, association d'aide aux victimes...), ce qui évite de multiplier les déplacements pour des personnes déjà en souffrance. "L’intérêt de l’UAMJ dans cette configuration-là, c’est la proximité avec les autres services qui vont intervenir dans le cadre de l’enquête, ça peut-être gynécologie, psychologie, association d’aide aux victimes… c’est dans ce sens-là que ça présente un gros plus", estime le brigadier Eric Pagès, du commissariat de Châteauroux.

L'espace consacré aux examens médicaux. - Radio France
L'espace consacré aux examens médicaux. © Radio France - Jonathan Landais

Plusieurs dizaines de procédures chaque année

L’Unité d’Accueil Médico Judiciaire existait déjà depuis 15 ans au sein de l’hôpital de Châteauroux mais elle était devenue vieillissante et avait besoin d'être modernisée. L'hôpital a réalisé au total 9.000 euros de travaux. La nouvelle convention UAMJ a été signée le jeudi 24 mai en présence du Procureur de la République (Stéphanie Aouine), des services de police et de gendarmerie et de l'ADAVIM 36, Association d'aide aux victimes. Dans l'Indre, plusieurs dizaines de procédures pour des violences sexuelles ou physiques sont traitées chaque année par les services de police et de justice.