Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les victimes de l'affaire Defaix fixées en novembre

mardi 11 septembre 2018 à 14:44 Par Annaïg Haute et Benjamin Bourgine, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Les petits épargnants spoliés dans l'affaire Defaix sauront au mois de novembre s'ils pourront récupérer une partie de leur mise. 34 millions d'euros se sont envolés dans cette affaire d'escroquerie.

Les victimes attendent depuis 8 ans de savoir si elles pourront récupérer leur mise.
Les victimes attendent depuis 8 ans de savoir si elles pourront récupérer leur mise. © Maxppp - .

Quimper, France

Le tribunal de Quimper s'est penché, ce mardi, sur les intérêts civils dans l'affaire Defaix. Ce spécialiste du monde de la banque affirmait qu'il ferait fructifier leurs économies dans des coopératives de croissances. Il avait réuni plusieurs millions d'euros, mais le système s'est enrayé en 2010, et les économies qui lui ont été confiées se sont envolées. 

L'avocate de l'une des associations de victime estime que la responsabilité du risque financier devrait être assumé par le Crédit Mutuel de Bretagne. Le CMB était l'établissement bancaire qui hébergeait toutes les "coopératives" créées par Jean-Jacques Defaix. Maitre Feron-Poloni estime que l'affaire n'aurait jamais eu cette ampleur si le CMB avait été un peu plus scrupuleux sur les sommes d'argents brassées par les coopératives..

Décision attendue le 6 novembre

Au total, les petits épargnants ont perdu 34 millions d'euros et ils ne savent pas encore quand ils pourront récupérer leur argent. Il ne savent même pas combien d'argent il reste. 

La décision sera rendue le 6 novembre.