Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Violences à Joué-lès-Tours : "Nous avons tous failli" dit le maire Frédéric Augis en conseil municipal

-
Par , France Bleu Touraine

Les élus de la ville de Joué-lès-Tours étaient réunis mercredi 15 mai en conseil municipal. Même si ils n'étaient pas à l'ordre du jour, les incidents dans le quartier de la Rabière ont ouvert les débats. Tous ont demandé des réponses pénales fermes et des solutions d'accompagnement social.

10 voitures ont été incendiées à Joué-lès-Tours dans la nuit de samedi à dimanche
10 voitures ont été incendiées à Joué-lès-Tours dans la nuit de samedi à dimanche - D. R.

Indre-et-Loire, France

Sans surprise, le conseil municipal de Joué-lès-Tours du mercredi 15 mai s'est ouvert par un retour sur les incidents du week-end dernier dans le quartier de la Rabière. Dix voitures ont été incendiées au cours d'une nuit de "bataille rangée et de guérilla urbaine", pour reprendre les expressions utilisées par Frédéric Augis. Le maire reconnaît que "la situation ne s'est jamais réellement calmée depuis le 31 octobre". Après avoir salué le travail effectué par le personnel municipal et les policiers, Frédéric Augis a demandé une réponse pénale plus forte contre les délinquants. Il a aussi reconnu que la situation actuelle résulte sans doute en partie de quelques choix budgétaires malheureux faits par les majorités successives. "On a tous failli. On n'a peut-être pas pris conscience des conséquences quand on ne renouvelle pas un poste ici ou là" dans les animations de la ville ou l'accompagnement social a déclaré Frédéric Augis. 

Le conseil municipal se réunira à huis clos, en commission générale le mercredi 22 mai pour évoquer à nouveau la situation à la Rabière

Ce constat n'a pas été démenti par les représentants des quatre groupes d'opposition présents, qui ont souligné aussi la nécessité d'avoir à la fois, des sanctions fermes contre les délinquants et une démarche sociale envers les familles qui sont dépassées. Le Rassemblement national ne s'est pas exprimé puisque son unique élue était absente. Vincent Tison, pour la gauche, a notamment demandé l'expérimentation de nouveaux dispositifs de prévention. Jean-Pierre Sanchez de Debout la France a affirmé que des habitants vivaient maintenant avec les volets fermés, "par peur". Enfin, Laurence Hervé, du groupe Libres Citoyens a souligné les nombreux problèmes qu'il faudra résoudre pour revenir à une situation normale. "On peut parler d'irresponsabilité de certains parents qui cautionnent tacitement les agissements de leurs enfants, mais il y en a d'autres qui subissent" a expliqué Laurence Hervé.