Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une femme est morte tous les 3 jours en France suite à des violences conjugales en 2016

vendredi 1 septembre 2017 à 17:36 Par Tanguy Bocconi, France Bleu

109 femmes sont mortes victimes de la violence de leur conjoint en 2016 en France, selon le dernier bilan publié par le ministère de l'Intérieur. Le gouvernement annonce de nouvelles mesures pour lutter contre ces violences conjugales.

le 3919 est le numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés
le 3919 est le numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés © AFP - Jacques Demarthon

En France, une femme est morte tous les trois jours en 2016 sous les coups de son compagnon ou ex-conjoint, d’après une étude nationale relative aux morts violentes au sein des couples, publiée ce vendredi premier septembre par un communiqué du ministère de l'Intérieur et du Secrétariat d'État chargé de l'Égalité entre les femmes et les hommes.

79% des victimes de violences conjugales sont des femmes

Sur un total de 138 victimes répertoriées en 2016, 109 d'entre-elles sont des femmes, qui paient donc le plus lourd tribut de cette violence conjugale. Dans 80% des cas, les auteurs de ces homicides sont des hommes. Un nombre de décès qui augmente encore si l'on inclut les suicides des auteurs et les victimes collatérales, le nombre total de morts occasionnés par ces violences conjugales s'élève à 196 personnes en 2016. Près de 37% des auteurs de ces homicides étaient déjà connus des service de police ou de gendarmerie.

Les enfants ne sont pas épargnés : 25 ont perdu la vie au sein de leur propre foyer familial l'an passé, contre 36 en 2015. Selon l'étude, menée pour la onzième année consécutive, neuf mineurs ont été tué par leur père en même temps que leur mère, et 16 dans le cadre de violences conjugales, sans que l'autre parent ne soit tué.

La "totale détermination" du gouvernement

Le nombre des victimes de ces violences conjugales ne diminue pas: 138 personnes décédées en 2016, 136 l'an dernier et 143 il y a deux ans. Pour le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, il est indispensable de renforcer la prévention et la détection des situations à risques.

Ces drames s'inscrivent trop souvent dans un contexte de violences préexistant qu'il est nécessaire de repérer (...). Il est également essentiel de protéger les enfants pour qu'ils ne soient pas témoins et ne reproduisent pas plus tard ce qu'ils ont vécu"

"La prévention, la sensibilisation la plus large mais aussi la protection des victimes, notamment grâce au renforcement du dispositif Téléphone Grave danger déployé par le ministère de la Justice, qui a fait ses preuves et sauvé des vies, sont des priorités absolues pour l'Etat", ont ajouté les ministres.

Le Premier ministre Edouard Philippe souhaite pour sa part renforcer la coordination entre le ministère de l'Intérieur et le Secrétariat d'État en charge de l'Égalité hommes/ femmes, notamment au travers du lancement d'un cinquième plan triennal contre toutes les violences faites aux femmes et d'un premier plan triennal interministériel de lutte contre les violences faites aux enfants.

_ - Visactu
_ © Visactu - _