Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

VIDÉO - Les vœux de Jean-David Ciot perturbés par l'extrême-droite

mardi 26 janvier 2016 à 12:49 France Bleu Provence et France Bleu

Le Premier secrétaire de la fédération socialiste des Bouches du Rhône présentait ses vœux lundi soir. Des militants de l'Action française sont venus perturber la cérémonie et s'en sont pris physiquement à plusieurs personnes.

Jean-David Ciot
Jean-David Ciot © Maxppp

Aix-en-Provence, France

Jean-David Ciot présentait ses vœux pour 2016 lundi soir au Théâtre d'Aix devant 500 personnes. La cérémonie du Premier secrétaire de la fédération PS des Bouches du Rhône a été perturbée par une vingtaine de militants de l'Action Française, un groupuscule d'extrême droite. 

Foulards sur le visage, ils sont venus munis de tracts qui disaient "A mort Ciot"

Bloqués à l'entrée, ils ont tout fait pour pénétrer dans la salle. Jean-David Ciot raconte : "ça a dégénéré, parce qu'ils voulaient rentrer. Ils ont commencé à taper sur la porte, le directeur du théâtre s'est interposé, ils l'ont frappé, ils ont frappé mon attaché parlementaire, ma suppléante (Noëlle Ciccolini)".

L'attaché parlementaire, Pierre-Olivier Salles a effectivement reçu des coups au visage. Emmené aux urgences, il s'est vu prescrire une journée d'ITT, incapacité temporaire de travail. 

En décembre 2015, l'Action française s'en était déjà pris au parti socialiste des Bouches du Rhône. Même mode opératoire : plusieurs militants étaient entrés dans une conférence publique organisée à l'Institut d'Etudes Politiques d'Aix-en-Provence.

Jean-David Ciot avait alors demandé la dissolution du groupe au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Il n'a toujours pas reçu de réponse. De son côté, l'Action Française a revendiqué cette action sur sa page Facebook.