Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les voleurs présumés du reliquaire d'Anne de Bretagne sont jugés ce lundi

À Nantes s'ouvre, ce lundi 27 mai, le procès des quatre voleurs présumés du reliquaire d'Anne de Bretagne. Un cambriolage incroyable qui s'est déroulé il y a plus d'un an, en avril 2018, au musée Dobrée. Ils encourent 10 ans de prison.

Le reliquaire d'Anne de Bretagne ne sera exposé à nouveau que fin 2021 ou début 2022, lorsque la rénovation du Musée Dobrée sera achevée.
Le reliquaire d'Anne de Bretagne ne sera exposé à nouveau que fin 2021 ou début 2022, lorsque la rénovation du Musée Dobrée sera achevée. © Maxppp - Frédéric GIROU

Nantes, France

Quatre voleurs présumés comparaissent ce lundi 27 mai devant le tribunal correctionnel de Nantes, à partir de 9 heures. Ils sont soupçonnés d'avoir volé le reliquaire d'Anne de Bretagne, dans la nuit du 13 au 14 avril 2018, au musée Dobrée. Originaires de Saint-Nazaire, ces amis de quartier âgés de 21, 23, 25 et 26 ans ont déjà été condamnés par le passé, dont deux frères pour des faits similaires.

Des jeunes dépassés par les événements

Les quatre voleurs ont été dépassés par la valeur symbolique du cardiotaphe. "On a une affaire de vol mais qui n'est pas plus grave et pas plus ébouriffante que d'autres dossiers", relativise Morgan Loret, avocat de l'un des quatre prévenus accusés de "vol d'un bien culturel" et "participation à une association de malfaiteurs".  

Outre le reliquaire, pièce d'orfèvrerie datant de 1514, une statuette hindoue dorée et une cinquantaine de pièces d'or composaient leur butin clinquant dont ils ne semblaient pas percevoir la valeur historique inestimable.  "Bien plus qu'un symbole, l'écrin du coeur d'Anne de Bretagne appartient à notre histoire. (...) _Sauvé de la fonte après la Révolution_, il est conservé au musée de Dobrée depuis 1886", avait rappelé le conseil départemental de Loire-Atlantique à l'époque des faits.     

Les pires scénarios avaient été envisagés

Lorsque le vol est constaté - seulement le lendemain matin - les hypothèses se bousculent : commande d'un collectionneur véreux ? Piste du receleur ? Appât du gain avec l'idée de faire fondre le métal ?   La réalité semble bien moins romanesque puisqu'après leur larcin, les suspects paradent devant leur bande d'amis à Saint-Nazaire. 

"Ça a touché les gens parce que c'était symbolique mais ça reste le procès de _quatre loulous rentrés par effraction dans un musée_", confie une source proche du dossier.  Depuis sa restitution, l'écrin de la reine est conservé à l'abri des regards, dans un endroit tenu secret. Il ne sera exposé à nouveau que fin 2021 ou début 2022, lorsque la rénovation du Musée Dobrée sera achevée.