Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Lettres anonymes, intimidations, chien empoisonné... : tensions autour du projet des 30.000 poules de Carantec

jeudi 1 novembre 2018 à 20:31 Par Emmanuel Grabey, France Bleu Breizh Izel, France Bleu et France Bleu Armorique

Une publication accessible à tous sur Facebook a mis le feu aux poudres mercredi soir entre les partisans et les opposants au projet d'installation d'un poulailler de 30.000 volatiles à Carantec (Finistère). Le débat, qui apparaissait jusqu'ici rugueux mais courtois, se révèle en fait empoisonné.

Copie de la lettre anonyme adressée au porteur du projet de poulailler
Copie de la lettre anonyme adressée au porteur du projet de poulailler © Radio France - Copie d'écran

Carantec, France

Ça commence à sentir sacrément mauvais du côté de Carantec et son projet de poulailler, et ce n'est pas (pas encore) de la faute des volatiles ! 

Depuis avril, une association de riverains, "Carantec pour tous", s'oppose au projet de Guillaume Le Bian, un jeune exploitant qui veut implanter une exploitation de poules pondeuses en plein air. Elle demande en justice l'annulation des autorisations de construction et d'exploitation, et met en avant les risques de nuisances, de prolifération de mouches, de pollution à cause des fientes, et de perte de valeur de leurs propriétés. L'agriculteur, de son côté, assure avoir tout prévu.

Lettre anonyme contre liste de noms

Il y a eu une pétition à 1.000 signatures, des réunions publiques en mairie, une conciliation en sous préfecture, et si le ton avait pu être un peu rugueux et que chaque partie campait sur ses positions, la courtoisie semblait de mise, de part et d'autre

Mais une publication sur les réseaux sociaux mercredi soir a mis le feu aux poudres. Publiée sur la page Facebook We are farmers BZH, accessible à tous, elle dénonce les malveillances dont serait victime la famille Le Bian. On parle de chiens empoisonnés, d'appels d'intimidation, et de lettres anonymes, où il est notamment question des suicides fréquents chez les agriculteurs.

Mais la publication liste aussi les noms des 26 opposants qui ont déposé un recours en justice contre l'autorisation du projet, et invite à se renseigner "sur leur parcours et lieux d'habitation réels". Et autant dire que voir leurs noms étalés ainsi en public n'a pas du tout plu aux membres de l'association "Carantec pour tous", qui assurent n'avoir rien à voir avec ces lettres anonymes et ces actes de malveillance. D'ailleurs, le corbeau précise ne pas être l'un d'eux, il les trouve "trop gentils", écrit-il. Les membres de l'association envisagent de porter plainte ou de déposer une main courante, car ils craignent d'être désormais la cible d'actes de malveillance.