Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

Leurs maisons se fissurent : les propriétaires veulent obtenir une reconnaissance de catastrophe naturelle

jeudi 14 mars 2019 à 17:29 Par Isabelle Piroux, France Bleu Paris

Une cinquantaine de propriétaires de Rosny-Sous-Bois dont les maisons se lézardent veut obtenir de la Préfecture de Seine-Saint-Denis un arrêté de reconnaissance de catastrophe naturelle, indispensable pour pouvoir être indemnisé par leurs assurances

Un pavillon à Rosny-sous-bois qui se lézarde à la suite des mouvements de terrain liés à des phénomènes de sécheresse et de réhydratation des sols
Un pavillon à Rosny-sous-bois qui se lézarde à la suite des mouvements de terrain liés à des phénomènes de sécheresse et de réhydratation des sols © Radio France - Isabelle Piroux

Rosny-sous-Bois, France

Au pied de l’escalier, la fissure s’est transformée en crevasse de cinq centimètres et la façade se lézarde progressivement, "C’est le pied de l’escalier qui bouge et ça tire toute la façade en avant" explique Pierre François, le propriétaire de ce pavillon où il vit depuis 1968.

L'explication de ces dégâts est selon lui à chercher du côté du dérèglement  climatique. Sa maison est construite sur le plateau d'Avron à Rosny-sous-Bois, un plateau argileux avec du gypse et d'anciennes carrières. "Quand il fait chaud, les terres se compriment et quand les pluies reviennent, elles se réhydratent. Des mouvements de montée et de descente qui se sont accentués ces dernières années avec les fortes chaleurs, ce qui fragilise beaucoup les fondations des maisons" affirme-t-il.

Un collectif pour faire face aux inquiétudes des habitants

Il y a huit mois, sur les conseils du maire de Rosny-sous-Bois, Pierre François a monté un collectif d'habitants touchés par ces fissures et les dossiers sont arrivés progressivement.

Carte des maisons fissurées à la suite des mouvements de terrain à Rosny-Sous-Bois - Radio France
Carte des maisons fissurées à la suite des mouvements de terrain à Rosny-Sous-Bois © Radio France - Isabelle Piroux

Aujourd'hui, il y en a 52 et certaines situations sont très inquiétantes : "Vous avez des gens qui vivent avec des étais dans leur maison" déplore Pierre François car pour le moment ces dégâts ne sont pas pris en charge par les assurances. La seule façon de pouvoir les faire jouer, c’est d’obtenir la reconnaissance de catastrophe naturelle par un arrêté préfectoral. 

Pour avoir plus de chance d'aboutir, c'est la mairie de Rosny-sous-bois qui collecte les dossiers. Ils devraient être déposés en Préfecture de Seine-Saint-Denis dans une quinzaine de jours, regroupés dans une même demande, affirme le maire Claude Capillon qui a prévu d'aller les défendre lui-même devant la commission qui les étudie.

Muret qui se casse à la suite des mouvements de terrain à Rosny-sous-Bois - Radio France
Muret qui se casse à la suite des mouvements de terrain à Rosny-sous-Bois © Radio France - Isabelle Piroux

Sans arrêté de catastrophe naturelle , les propriétaires de ces maisons fissurées sont démunis

L'enjeu est de taille : les coûts des opérations de remise en état de ces pavillons sont excessivement onéreux. "Quand vous êtes un jeune couple et que vous avez acheté votre maison entre 300 000 et 500 000 euros, vous vous êtes déjà endettés sur vingt ans. S’il faut rajouter 150 000 à 200 000 euros pour la réparer, qui va vous les prêter ?" s'interroge Pierre François, qui ajoute : "A 77 ans, quelle banque va me prêter 150 000 euros pour des travaux ?"