Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Levothyrox : ce lundi s'ouvre la première audience entre un collectif de 4113 patients et le laboratoire Merck

dimanche 2 décembre 2018 à 20:15 - Mis à jour le lundi 3 décembre 2018 à 8:03 Par Kathleen Comte, France Bleu

Ce lundi s'ouvre à Lyon la première audience du dossier Levothyrox pour savoir si le laboratoire Merck a manqué à son obligation d'information lors de la mise sur le marché en 2017 de la nouvelle formule du médicament. 4113 patients, constitués en action collective, attendent des réponses.

Le laboratoire Merck prévoit de lancer la nouvelle formule dans 21 pays de l'Union européenne à partir de 2019, après un "avis positif" des instances sanitaires européennes.
Le laboratoire Merck prévoit de lancer la nouvelle formule dans 21 pays de l'Union européenne à partir de 2019, après un "avis positif" des instances sanitaires européennes. © Maxppp - Christian B

Lyon, France

Ce lundi s'ouvre à Lyon la première audience du dossier Levothyrox : 4113 patients constitués en action collective attaquent au civil le laboratoire Merck pour "défaut d'information" ayant entraîné un préjudice moral. Un premier pas dans ce dossier tentaculaire, alors que l'enquête de fond se poursuit au pénal. Tous attendent des réponses et réclament le retour à l'ancienne formule du médicament qui soigne des troubles de la thyroïde.

C'est en mars 2017 que tout bascule pour trois millions de Français. En se rendant à leur pharmacie pour acheter leur boîte de Lévothyrox ils se rendent compte que le médicament a changé de formule. L'ANSM, l'agence nationale de sécurité du médicament, qui a réclamé ce changement de formule en 2012, explique qu'il ne porte pas sur le principe actif, la levothyroxine, mais sur d'autres substances, les excipients : le lactose a été remplacé par du mannitol - un édulcorant - et de l'acide citrique - un conservateur. Des modifications qui auraient pu passer inaperçue, mais dès le mois de juillet 2017, plus de 30 000 patients disent souffrir d'effets secondaires et réclament un retour à l'ancienne formule.

La nouvelle formule du Levothyrox va s'étendre dans 21 pays de l'Union européenne à partir de 2019

Une demande refusée par le laboratoire allemand qui affirme que les effets indésirables sont les mêmes que ceux décrits dans l'ancienne formule du médicament. Seule compensation, début novembre Merck a annoncé que l'ancienne version du Levothyrox serait disponible tout au long de l'année 2019 pour les patients français munis d'une ordonnance.  Moins de 50 000 boîtes seront mises à disposition par mois. Une solution transitoire, insiste le laboratoire, "qui doit permettre aux patients de trouver une solution alternative pérenne." Quant à savoir si le laboratoire allemand a manqué à son obligation d'information, Florent Bensadoun, directeur juridique chez Merck est catégorique : "Non, Merck n'a pas manqué à son devoir d'information dans le cadre de la mise sur le marché de cette nouvelle formule."

Pour maître Christophe Lèguevaques, représentant du collectif de patients : "Cela fait maintenant 18 mois que les malades sont dans l'impasse. Ils n'ont pas d'informations suffisantes, ils ne sont pas rassurés et malgré cela, Merck reste dédaigneux à leur égard et se comporte avec une suffisance intolérable. C'est ce que nous souhaitons voir sanctionner."

Après l'audience de ce lundi, tous les acteurs de ce dossier devront attendre encore trois mois, le temps pour le président du tribunal de rédiger son jugement. Quant à la nouvelle formule du Levothyrox, après la France - premier pays où elle a été introduite - le laboratoire Merck prévoit de la lancer dans 21 pays de l'Union européenne à partir de 2019, après un "avis positif" des instances sanitaires européennes.