Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

LGV déviée : l’ancien conseiller ministériel est relaxé

-
Par , France Bleu Gascogne

(Avec AFP) François-Gilles Egretier, qui était poursuivi pour avoir oeuvré pour faire dévier le tracé de la ligne ferroviaire Bordeaux-Dax, a été relaxé ce mercredi 20 mai par le tribunal correctionnel de Paris. Les juges estiment que l’ancien conseiller ministériel est peut-être blâmable mais pas condamnable.

Tracé LGV Bordeaux Dax dans les Landes
Tracé LGV Bordeaux Dax dans les Landes © Radio France - Frédéric Denis

L’affaire avait fait grand bruit en 2010. A la surprise de tous, alors que l’on sait que la future LGV passera dans les Landes, on découvre un nouveau tracé qui épargne la commune d’Uchacq-et-Parentis , près de Mont-de-Marsan. Finalement les trains passeront trois kilomètres plus au nord, au niveau de Geloux.

Une association de 32 riverains est vent debout : elle dénonce l’action de François-Gilles Egretier dans ce dossier. Celui qui est alors conseiller auprès de la Ministre Christie Lagarde, dispose en effet d’une résidence familiale sur le secteur touché par le tracé initial .

Finalement le tribunal estime que François-Gilles Egretier est innocent. Il vient d’être relaxé des accusations de "prise illégale d’intérêt".

Présent lors du délibéré, l’homme de 43 ans, a fait part de son "grand soulagement".

Que s’est-il passé pour que le tracé soit modifié ?

François-Gilles Egretier reconnaît qu’il avait transmis à l’époque, sur papier à en-tête du ministère des Finances, une motion du maire en faveur d'un tracé alternatif au secrétaire d'État aux Transports Dominique Bussereau. Courrier resté lettre morte, tout comme un second envoi.

Le conseiller précisait toutefois avoir un intérêt personnel dans l'affaire.

M. Egretier, dont une tante possède également une maison à Uchacq, avait obtenu la tenue d'une réunion en février 2010 au siège de Réseau ferré de France (RFF), sous la tutelle financière de Bercy.

Reconnaissant une "erreur d'appréciation", il s'était vu infliger un blâme.

Devant ses juges, M. Egretier avait assuré avoir pris part à une mobilisation locale dans un souci "d'intérêt général".

Ce nouveau tracé est moins coûteux de 20 millions d'euros et permet d'épargner une centaine de maisons .

Décision pathétique selon les 32 riverains partie civile

Les 32 riverains parties civiles ont été déboutés. Risquant expropriation ou dévaluation de leurs maisons, ils demandaient au total 1,7 million d'euros de dommages et intérêts. La relaxe de François-Gilles Egretier est "injuste" et "pathétique" selon l’avocat des riverains, Maître Adrien Ville qui réagit au micro de France Bleu Gascogne. "Mes clients ont tout perdu dans l’histoire, leur maison, leur patrimoine et leur honneur".

Il poursuivait aussi RFF (devenu SNCF Réseau) pour complicité, qui a également été relaxé .

Choix de la station

À venir dansDanssecondess