Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

LGV Limoges-Poitiers : les élus de la haute Vienne haussent le ton

lundi 3 juillet 2017 à 19:08 Par Régis Hervé, France Bleu Limousin

Grosse colère des élus de la Haute Vienne après les propos d’Emmanuel Macron le weekend dernier. Le chef de l'état estime que les lignes LGV ne sont plus une priorité. Au conseil départemental, on demande le remboursement des sommes allouées pour les études.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Philippe Nominé

Limoges, France

Le président du conseil départemental de la Haute Vienne est remonté comme un réveil ! Comme d'autres élus limousin, il n'a pas franchement apprécié les déclarations ce weekend d'Emmanuel Macron qui inaugurait la Ligne à Grande Vitesse Paris-Rennes. Le chef de l’état a précisé qu'il entendait mettre la priorité sur "les transports du quotidien" plutôt que sur de nouveaux "grands projets" tels que la LGV.

La pilule passe mal en Haute Vienne où on avait mis sur la table 5 millions d'euros pour les études entre Paris et Bordeaux et son barreau annexe Limoges-Potiers. Le président du Conseil Départemental de la Haute Vienne demande le remboursement de ces sommes. Jean Claude Leblois ajoute : " Emmanuel Macron a rompu la confiance qu'il y a entre les territoires et l'état"

L'agglomération de Limoges souhaite faire la même démarche pour récupérer prés de 3 millions d'euros., mais son président Gérard Vandenbroucke " ne se fait pas d'illusion"

La situation est encore plus compliquée pour l'ex Limousin qui avait elle-aussi dépensé plusieurs millions dans le Bordeaux-Paris. Mais entre temps, la Nouvelle-Aquitaine, qui a absorbé l'ancienne région et ses budgets, profite pleinement de ses investissements. Difficile aujourd'hui alors dans ces conditions de réclamer un remboursement.