Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Libéré en raison du coronavirus, l'homme est suspecté du viol d'une jeune Iséroise près de six mois après

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Le viol dont la jeune femme a été victime remonte à l'automne 2020, en Isère. Le suspect, déjà condamné pour des faits d'agression sexuelle, avait bénéficié au printemps 2020 d'une libération anticipée en raison de la crise du coronavirus.

L'homme a été mis en examen dans ce nouveau dossier devant le pôle criminel du tribunal de Grenoble.
L'homme a été mis en examen dans ce nouveau dossier devant le pôle criminel du tribunal de Grenoble. © Radio France - Chloé Cenard

Ce mardi 13 avril, en fin de matinée, Me Fabien Rajon convie les journalistes à une conférence de presse en présence des parents de l'une de ses clientes. Une jeune femme qu'il prénomme Anne-Lise, victime d'un viol. Son avocat et ses parents vont annoncer intenter un recours contre l'Etat pour faute lourde et dénoncent "un scandale judiciaire".

Une libération en raison du risque de propagation de la Covid-19 en prison

Le 24 octobre 2020, dans le département de l'Isère, la jeune femme de 17 ans est victime d'un viol. Six mois plus tôt, son agresseur présumé bénéficiait d'une libération conditionnelle en regard du contexte sanitaire. On est en plein premier confinement.

À la prison de Lyon-Corbas, où est incarcéré le suspect qui purge une condamnation pour des faits d'agressions sexuelles, le taux d'occupation est de 130%. Il faut qu'il soit réduit "afin de limiter les conséquences d'une éventuelle propagation du virus au sein de l'établissement pénitentiaire". C'est ce qui est écrit, selon Me Rajon, dans le jugement rendu le 24 avril 2020 par un juge d'application des peines qui ordonne cette libération à compter du 4 mai 2020.

"Pire, dans cette décision il est clairement indiqué que le risque de récidive n'était pas exclu" - Me Fabien Rajon

Une décision prise sans débat contradictoire comme cela aurait du être le cas selon le cabinet Rajon. Pour Me Rajon "pire, dans cette décision il est clairement indiqué que le risque de récidive n'était pas exclu, que Monsieur S. présentait également des "tendances au passage à l'acte hétéro-agressif" et que sa détention était émaillée de quatre incidents."

Condamné pour agression sexuelle en décembre 2018

Ce suspect était libérable le 20 novembre 2021, après une condamnation en date du 18 décembre 2018 à quatre ans de prison pour des faits notamment de nature sexuelle, en l'occurrence " violence suivie d'incapacité de plus de huit jours (en l'espèce 120 jours), agression sexuelle et détention arbitraire et séquestration" sur sa compagne.  

Concernant les faits de viol sur la jeune cliente de Me Rajon, l'homme est depuis placé en détention provisoire et mis en examen pour "viol sur mineur de plus de quinze ans" et "menaces de mort avec ordre de remplir une condition."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess