Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Libourne : un médecin sanctionné pour discrimination et islamophobie

-
Par , France Bleu Gironde

Un médecin ORL de Libourne a été interdit d'exercer durant six mois par la chambre disciplinaire de l'ordre des médecins d'Aquitaine après son attitude inappropriée, envers la mère voilée d'un jeune patient, dans la foulée des attentats de Paris en 2015. Il a un mois pour faire appel.

Ce médecin ORL de Libourne a un mois pour faire appel de la sanction
Ce médecin ORL de Libourne a un mois pour faire appel de la sanction © Maxppp -

Libourne, France

Ce médecin ORL de Libourne a eu beau s'excuser. Ses pairs ont donc décidé de le suspendre trois mois ferme + trois mois avec sursis pour ses propos et son attitude discriminatoire, également contraire à la déontologie du médecin, qui doit soigner tout le monde, sans tenir compte, comme dans ce cas précis, du foulard porté par la mère de famille de confession musulmane qui venait faire examiner son fils. 

Ce jour-là, en pleine consultation, le praticien a alors la femme pris à partie, en estimant le foulard qui cachait ses cheveux, était "le signe qu'elle n'était pas intégrée", ou encore, qu'elle devait "choisir son camp" car "nous sommes en guerre". C'était quelques semaines après les attentats du 13 novembre 2015. Il était même allé jusqu'à aller la signaler aux gendarmes de Libourne, pour "dérive islamiste". La sanction disciplinaire a été notifiée le 13 février. Il a jusqu'au 13 mars pour faire appel.

Selon le conseil de l'ordre des médecins de Gironde, il y a eu, "deux, trois ou quatre cas similaires" dans les semaines et mois qui ont suivi les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan en 2015. C'est "peu sur un total de 8000 médecins mais déjà trop", confie son président Albert Roche.

Choix de la station

France Bleu