Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ligne Maginot : inquiétudes pour l'avenir de l'ouvrage du Hackenberg après des vols de métaux

mardi 8 mai 2018 à 19:41 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Des métaux ont été dérobés l'été dernier au sein de l'ouvrage du Hackenberg, à Veckring, sur la ligne Maginot. Les pilleurs ont quasiment détruit la partie est du site, la partie non visitable. L'association qui gère l'ouvrage, Amifort, a donc décidé de sécuriser les lieux.

Les pilleurs ont dérobé du laiton, du cuivre et du plomb.
Les pilleurs ont dérobé du laiton, du cuivre et du plomb. © Radio France - Aurore Jarnoux

Veckring, France

A l'ouvrage du Hackenberg, une des fortifications de la ligne Maginot située à Veckring en Moselle, les bénévoles sont inquiets. Alain, par exemple, en a gros sur le cœur. "J'ai vraiment une sensation terrible sachant que mon grand-père était à l'intérieur en 1940, explique le bénévole. C'est quand même un bout de notre patrimoine qui vient de partir."

La partie est du site a été ravagée

Cette partie de l'ouvrage, qui n'est pas ouverte au public, a été pillée et vandalisée en juillet dernier. "Les sols sont jonchés de câbles électriques qui ont été brûlés, décrit Claude Poésy, le président d'Amifort, l'association qui gère le site. Des moteurs ont été totalement éventrés pour sortir le cuivre."

Dans la partie est, les galeries sont calcinées, c'est une vision apocalyptique" - Claude Poésy, président d'Amifort

On y trouvait les pièces de rechange pour la partie visitable, notamment pour les moteurs électriques et le fonctionnement du petit train. Si le pillage continue, ce sera une catastrophe pour Claude Poésy."Si on nous coupe le cuivre dans les moteurs, on n'aura plus les moyens de faire tourner les groupes électrogènes, et si on enlève les caténaires, le train ne marchera plus", s'agace le président.

Le petit train du Hackenberg transporte chaque année 32 000 visiteurs à travers les dix kilomètres de galeries. - Radio France
Le petit train du Hackenberg transporte chaque année 32 000 visiteurs à travers les dix kilomètres de galeries. © Radio France - Aurore Jarnoux

On craint que l'année prochaine ou dans deux ans, on n'ait plus rien à présenter aux visiteurs"- Claude Poésy

Les membres de l'association sont très inquiets pour leur avenir. "Sans le public on ne peut pas entretenir les lieux mais si ce soir, on vient nous voler tout le matériel, on perdra tous les visiteurs", souligne Claude Poésy. L'ouvrage du Hackenberg, datant de 1935, accueille chaque année 32 000 personnes.

Des caméras et des détecteurs de mouvement

L'association a donc décidé de prendre les choses en main. Depuis quelques mois déjà, elle investit dans du matériel de sécurité. Des caméras et des détecteurs de mouvement ont notamment été installés. 

Cette sécurisation du site va coûter en tout 157 000 euros. Amifort a demandé l'aide de l'Etat, de la région ou encore du département, mais pour l'instant, les dossiers sont toujours en train d'être examinés.