Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ligny-le-Châtel : une centaine de bovins "en perdition" saisis, l'éleveur conteste

dimanche 12 novembre 2017 à 20:14 Par Lisa Guyenne, France Bleu Auxerre

Jeudi et vendredi, les services vétérinaires ont procédé à la saisie d'une centaine de bovins sur une exploitation de Ligny-le-Châtel. Une décision motivée par le mauvais état des bêtes selon les services, mais contestée par l'agriculteur et son avocat.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Maxppp

Ligny-le-Châtel, France

Depuis jeudi, le troupeau est confié à une association de protection animale, l'OABA. Son directeur, Frédéric Freund, affirme avoir été contacté par les services de l'Etat. Il évoque "un cheptel en souffrance, [déjà] suivi par les services de l'Etat comme étant un élevage à problèmes, puisque sur un effectif de plus de 200 bovins il y a 10 mois, il en restait une centaine mi-octobre." Les autres sont tous morts, et n'ont pas été vendus, selon Frédéric Freund.

Pour le directeur de l'OABA, "c'est un élevage en perdition, avec défaut de soins, de nourriture. Les animaux sont à bout de force." Il est aussi reproché à l'éleveur un défaut de traçabilité : "Il n'a pas fait les prises de sang réglementaires qui permettent de s'assurer de la qualité sanitaire des animaux." "Si ce cheptel n'est pas repris en main par un professionnel, on va vers la catastrophe", affirme-t-il.

Des bêtes "en bon état" selon l'avocat de l'agriculteur

Du côté de l'éleveur, son avocat, maître Ferraris, nous a confié : "J'estime que l'appréciation de l'administration n'est pas honnête intellectuellement. Il suffit de regarder les photos prises par l'huissier de justice le jour de la saisie : les animaux sont en bon état, ils sont bien traités et ne donnent pas d'impression de souffrance et d'abandon comme l'administration le prétend. Et nous allons le démontrer."

En outre, l'avocat pointe du doigt l'intervention "ubuesque" des services vétérinaires lors de la saisie. "C'était l'improvisation totale. Les agents mangeaient leur sandwich pendant que les gendarmes essayaient de faire leur travail à leur place. Il a fallu deux jours pour essayer de rassembler les animaux, et les faire monter dans un camion. L'administration donne des leçons, mais ne sait pas faire, en fait." Neuf animaux se seraient d'ailleurs échappés au cours de la saisie.

L'affaire devrait en tout cas se poursuivre en justice. Une enquête est en cours. L'association de protection animale veut porter plainte pour "abandon d'animaux", ce que contestera l'éleveur, selon son avocat.