Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lille : 6ème incendie dans un camp de roms depuis le début de l'année

-
Par , France Bleu Nord

Un nouvel incendie s'est déclaré, ce mardi 13 avril, dans un camp de roms à Villeneuve d'Ascq. C'est le sixième incendie de ce type, depuis le début de l'année dans la métropole lilloise. Le feu semble être parti d'un poêle à bois, installé dans une caravane.

Quatre caravanes et un véhicule sont partis en fumée, dans cet incendie, heureusement sans faire de victime.
Quatre caravanes et un véhicule sont partis en fumée, dans cet incendie, heureusement sans faire de victime. © Radio France - Jean-Michel Nagat

Quatre caravanes et un véhicule ont brûlé, ce lundi 13 avril, dans un camp de roms, à Villeneuve d'Ascq. Heureusement, personne n'a été blessé. Dans la métropole lilloise, c'est le sixième incendie à se déclarer dans des camps de roms, depuis le début de l'année. Une fois encore, les moyens de chauffage sont mis en cause

Ce camp est situé près de la station de métro des 4 Cantons. Il accueille 110 personnes qui vivent dans des conditions très précaires. Pour se réchauffer, les familles roms ont installé des poêles à bois dans leurs caravanes, avec des petites cheminées pour évacuer la fumée. Le dispositif est très dangereux. C'est ce qui explique au moins cinq des incendies qui se sont déclarés dans les camps de roms de la métropole lilloise, depuis le 1er janvier, d'après les associations qui leur viennent en aide. 

Le feu semble être parti de ce poêle à bois installé dans une caravane.
Le feu semble être parti de ce poêle à bois installé dans une caravane. © Radio France - Jean-Michel Nagat

"Le manque de volonté politique des collectivités"

"Le risque est imminent, explique Dominique Plancke, du collectif Solidarité Roms, qui est venu constater les dégâts. Avec le froid, les familles chargent trop leurs poêles et déclenchent des incendies. Le feu s'étend très vite, car les caravanes sont très proches les unes des autres." Ces dernières années, plusieurs personnes sont décédées dans ces circonstances, y compris des enfants, à Lille et Villeneuve d'Ascq. "Lorsque nous sommes prévenus, nous avons toujours cette appréhension de découvrir de nouvelles victimes."

Ce militant pointe du doigt la précarité de ces familles. "La préfecture a la volonté de résorber ces bidonvilles, estime-t-il. En quelques années, nous sommes passés de 2.000 à 600 roms installés dans des bidonvilles, dans la métropole, mais le problème, c'est le manque de volonté politique des collectivités. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, ces familles demandent des logements pour pouvoir vivre dans des conditions décentes." 

Amador a réussi à sortir, avant que sa caravane ne prenne totalement feu.
Amador a réussi à sortir, avant que sa caravane ne prenne totalement feu. © Radio France - Jean-Michel Nagat

Le reportage de France Bleu Nord

"J'ai tout perdu"

Amador, 14 ans, fait partie des rescapés de cet incendie. Il dormait lorsque le feu s'est déclaré, ce lundi matin. "J'ai eu très peur, raconte-t-il. Je suis sorti en courant, sans prendre mes affaires. J'ai tout perdu. Je n'ai même plus de vêtements pour aller à l'école." Le jeune garçon et sa mère vont être relogés chez des proches, en attendant de trouver une solution.

Dans ce camp, il existe un seul point d'eau pour 110 personnes.
Dans ce camp, il existe un seul point d'eau pour 110 personnes. © Radio France - Jean-Michel Nagat

Comme toutes les familles de ce camp, Amador réclame de meilleures conditions d'hébergement, l'accès à l'électricité, à une douche. Dans ce camp, il y a un seul point d'eau et des toilettes de chantier. "C'est dur de vivre dans le froid, de ne pas avoir assez à manger ou pour s'habiller, dit-il. J'aimerais tellement vivre dans un appartement, être propre et bien habillé pour aller à l'école, comme tout le monde..."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess