Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lille : l'homme soupçonné d'avoir voulu attaquer le commissariat n'avait finalement aucun projet terroriste

-
Par , France Bleu Nord

Le 14 juin dernier, un habitant de 42 ans d'Hénin-Beaumont (62) avait été interpellé après avoir été repéré tournant autour de l'Hôtel de Police de Lille. Des jerrycans et bouteilles de gaz, tous quasiment vide, avaient été découverts à bord de sa voiture. Il n'avait aucun projet terroriste.

Une voiture de police
Une voiture de police © Radio France - Stéphane Barbereau

"Il n'y a pas le début de commencement d'un projet d'attentat" dans cette histoire, minimise d'entrée de jeu un enquêteur. Pourtant ce 14 juin 2021, les policiers ont de lourds soupçons sur cet habitant d'Hénin-Beaumont âgé de 42 ans. C'est son comportement qui a intrigué. Il fait des aller et venues autour du commissariat, dans le quartier de Lille-Fives. Dans un premier temps, on évoque même une tentative pour entrer dans le parking de l'hôtel de police, ce qui est faux.

Des troubles psychologiques

L'homme est arrêté sur le périphérique tout proche. 3 bouteilles de gaz et 2 jerrycans sont découverts dans sa voiture mais tous sont quasiment vides. Face aux enquêteurs, il peine à expliquer ce que cela faisait dans son véhicule : "il a donné plusieurs explications pour dire pourquoi il a tourné autour de l'hôtel de police", souligne un policier qui affirme que tout ceci est une "non-affaire" et relève "surtout de la psychiatrie". Une expertise psychiatrique est commandée, l'homme est hospitalisé d'office pour 1 mois. Il est relâché le 15 juillet et sa garde à vue peut reprendre mais s'interrompra vite.

Pas de radicalisation

Cet homme ne prenait visiblement plus son traitement, ce qui le désoriente bien souvent. Il avait ainsi été retrouvé, sans raison, récemment, à la frontière suisse. On lui connaît aussi de lourds différents avec son ex-belle famille qui vit dans le quartier de Lille-Sud, proche du commissariat. Alerté dès le début de l'enquête, le parquet antiterroriste, situé à Paris, n'avait pas jugé utile de se saisir de l'affaire et l'avait laissée au SRPJ de Lille qui écarte définitivement tout projet terroriste : les perquisitions menées notamment au domicile du suspect à Hénin-Beaumont n'ont démontré absolument aucune radicalisation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess